L'Editorial. Le retour des troupes terroristes en France, en signe d'amendement (nous sommes au pays des droits de l'homme, bien sûr !). Comment les français vont-ils appréhender le rapatriement de "nos djihadistes ?" Vous imaginez un enfant confronté à l'école à des enfants conditionnés par les parents hostiles à "des enfants terroristes?" C'est mal connaître la France de croire que "l'assimilation" se déroulera en douceur sous l’œil vigilant des autorités compétentes qui en garantissent l'intégration ! Les villages et les bourgs en sont les archétypes ! Ils reflètent la tendance sociopolitique actuelle qui repose sur la malléabilité des esprits selon les changements électoraux... Vous n'aviez sans doute pas remarqué que la politique actuelle est incompétente avec les problèmes majeurs de notre pays ; ce qui est normal, puisque le conditionnement a mis en place un pouvoir que vous réfutez. Courage ! Le pire est à venir. Jean Canal. 15 février 2019.

LES IDIOTS UTILES. Le Diplo de ce mois-ci met l'accent sur le phénomène des Gilets Jaunes, analysant l'impact populaire causal dans les sociétés, tout en revenant sur diverses réactions d'acteurs médiatisés, appartenant à une classe sociale confortable, antinomique à ce mouvement hostile à tout ce qui reflète les richesses (puisque nous sommes toujours dans la société du paraître). Serge Halimi en est l'auteur avec un confrère. Parmi les réactions étonnantes relevées, celle de Luc Ferry incarne une mentalité 'populiste' (c'est-à-dire à l'écart des règles de déontologie de l'éthique de la Constitution) au sein des représentants politiques liés à la cause présidentielle. Dans une atmosphère qui traduit en fait l'état d'esprit des courants de pensées clivées au sein des classes sociales animant ce contexte, il est difficile de savoir quoi faire pour obtenir cette paix sociale tant espérée ! Qui représentent le mieux ces "idiots utiles" dont parlait Lénine, en soulignant l'intérêt qu'il y a dans une "révolte" de sacrifier quelques uns sur l'autel du pouvoir ! Les forces de l'ordre qui tout en répondant aux risques majeurs d'une crise nationale en versant dans la violence, sont-elles celles-là-mêmes auxquelles le pouvoir recourt pour défendre sa politique ? Ou bien sont-ce les manifestants qui obéissent à un raisonnement unique, appuyés par des situations sociales justifiant plus ou moins des concertations citoyennes infructueuses en résultats concrets ?! La confusion finit par s'instaurer ; d'autant plus que les deux belligérants s'affrontent dans un mécanisme opposé qui profite à la politique ! La preuve, la CGT ayant été isolée, s'agglutine, cahin-caha, aux marches des manifestants qui pourtant ne voulaient pas d'oripeaux emblématiques d'idéologie quelconque, teintant, ici, les Gilets Jaunes en Rouge. Rien ne laisse augurer une révolution novatrice, sans doctrine ! Les problèmes sont établis. Ils ne se recherchent plus dans l'idéologie salvatrice du genre humain : chamboulement climatique et économie sont les deux seuls fléaux du XXI° siècle. Et les années à venir condamneront notre passivité !  Jean Canal. 6 février 2019.

Un Miracle ! Voilà ce qui manque à notre espérance ! Seule une apparition céleste pourrait nous redonner espoir de croire en l'avenir. Il nous faut un nouveau miracle ! Une espèce de manifestation de l'au-delà ! Le renouement avec les anciennes croyances. Les prophéties des anciens enfin réalisées, comme il le fut écrit, au pied de la Lettre ! Nous avons adirée la foi en des vaux d'or bibliques, reniant les cultures traditionnelles troquées pour quelques peccadilles économiques qui nous ont dévoyés de l'essentiel ! Le mimétisme que nous avons adopté pour pallier à nos souffrances, a conditionné notre existence de sorte à s'être écarté des valeurs humaines. Il nous faut un nouveau miracle, frais émoulu du fond des âges, comme ceux d'autrefois, quand les femmes d'abord, enclines à épouser la sensualité de l'amour, puis les hommes enfin, emplis de doute et d'orgueil, se ruèrent vers les lieux devenus soudainement saints.

Le miracle universel, dédié à l'humanité. Celui qui redonnerait sens à la vie ! réconcilierait les peuples entre eux. Le Miracle du XXI° siècle qui instaurerait la paix sur le monde, en signe de fraternité éternelle !

La découverte du bonheur attesterait enfin des valeurs humaines que les prophètes nous ont maintes fois évoquées, au cour de l'histoire de l'humanité, comme pour nous faire confiance... Jean Canal. 20 janvier 2019.

Il suffit d'une personne pour que l'idée que vous vous faites sur un sujet d'actualité vous apparaisse soudainement comme un fait probant de la vie quotidienne, confortant votre propre analyse globale, fût-elle considérée comme mineure par d'aucuns qui se targuent de déductions exhaustives en la matière. Lorsque deux analyses convergent et qu'elles ont pour fondement intellectuel des origines différentes, strictement différentes, elles ne peuvent, effectivement, que conforter une certaine raison que l'on se fait de la réalité des événements qui couvrent une actualité empreinte de légèreté dans son analyse sur des faits graves qui menacent l'hexagone, l'Europe, au demeurant l'Occident.

 Ce soir l'émission d'Arte, 28 Minutes, a sollicité parmi ses invités, deux personnes indéniablement importantes dans le travail d'analystes et de recherche quelles réalisent régulièrement, dans l'étude des phénomènes réactifs entre états en conflit, entre autres : Frédéric Encel & Alexandra de Hoop Scheffer. La brève intervention de Alexandra de Hoop Scheffer, plus particulièrement, a surpris un auditoire silencieux, reconnaissant la précision d'analyse concernant un fait que l'actualité du lendemain corrobora par la probité des événements malheureux survenus dans la logique des stratégies à incomber à la géopolitique occidentale ! L'info tombe ce matin, 11 janvier 2018 : "Syrie. La province d'Idlib sous contrôle total des djihadistes."Cette dépêche paraphrase le fond de l'article concernant une personnalité, Alexandra de Hoop Scheffer, du monde intellectuel dont l'intelligence tranquille apporte de la raison à la réflexion. Son analyse repose sur l'étude des paramètres internationaux, des comportements des individus confrontés à des dictatures étatiques, souvent oligarchiques qui règnent sur des peuples asservis religieusement et/ou économiquement. Un état islamique vient de se constituer délibérément sous l'impuissance de l'occident à maîtriser une guerre trop complexe pour qu'elle trouvât un dénouement en accords tacites.

De surcroît, les guerres ont un coût onéreux. La coalition a montré ses faiblesses. Les djihadistes en ont fait eux, également, une analyse perspicace reposant sur la force : celle d'exploiter les conjonctures économiques fragilisées par des controverses politiques que certains dirigeants d'état nourrissent indolemment ; redonnant de l'essor aux candidats européens au Djihad ! L'état du monde en dépend. La paix des peuples en est tributaire et les accords internationaux aussi. Il fallait être aveugle pour ne pas se forcer à admettre les circonstances des erreurs de stratégies politiques passées. Le reste appartient à l'avenir. Merci Madame Alexandra de Hoop Scheffer de nous avoir, enfin, éclairés sur une information qui manquait toujours de détails conclusifs. Jean Canal. 9 janvier 2019. Liens connexes Gilles Kepel Frédéric Encel

Il ne s'agit plus de désigner le monde arabe comme théâtre des conflits depuis ce fameux 11 septembre 2011, mais l'islam radical qui tend à s'imposer comme forme de légat du peuple avec pour référence la Charia ; c'est une évidence. Les candidats au Djihad partis guerroyer contre un ennemi informel, souvent musulman, se sont réduits en nombre, désillusionnés par l'utopie d'un idéal reposant sur les tueries d'innocents perpétrées pour soumettre les peuples. Les chrétiens ont lourdement payé de leur vie, depuis l'éclatement de l'Irak, où l'exécution de Sadam Hussein a plongé le pays dans un chaos dont les répercutions dépassent  les frontières poreuses. Les conflits reposent-ils sur les différents religieux entre Chiites et Sunnites ? Ou bien sont-ce les intérêts économiques des états respectivement producteurs de pétrole qui pourrissent la situation ? Il y a aussi les souffrances des peuples asservis à des oligarchies arabes qui étouffent les libertés proscrites en ces territoires. C'est la jeunesse qui s'est reconnue dans cette volonté d'émancipation sociale, sans obligation religieuse tout en préservant une culture traditionnelle indéniablement intégrée dans l'état ! Majoritaire sur les territoires musulmans, la jeunesse entend revendiquer un droit à une existence sans contrainte étatique liée à la Charia. Seule une minorité mal-pensante tend à imposer une dictature des idées, au pire une pensée qui ne doit en aucune manière s'écarter des préceptes religieux. Les guerres ou conflits selon les observateurs mondiaux, au Yémen, en Syrie et dans cet espace enclavé dans le Croissant fertile n'ont plus de raison définie pour plaider en faveur d'une démocratie impossible. On trouvera toujours des responsables dans les relations internationales des états impliqués dans cet imbroglio ; mais aucune résolution pour sortir définitivement de la haine qui anime les uns contre les autres comme un atavisme viscéral qui remonterait à Abraham. L'état d'Israël enclavé dans un territoire morcelé par des conquêtes spoliées aux autochtones, doit exister au même titre que toute entité locale ; mais avec un partage équitable des droits et des devoirs des populations originelles de la terre dite sainte. Jean Canal. 

C'est évidemment un choix engagé de traiter de sujets qui font souvent les Unes des médias officiels. Leur analyse judicieuse est validée par l'impact que l'onde de choc médiatique répercute sur l'ensemble de la presse, internationale également. Dans l'intérêt que l'on porte à un fait d'actualité mondiale, comme les conflits ancrés dans un comportement belliqueux des entités qui s'affrontent depuis des décennies, on se doit d'intervenir avec perspicacité pour essayer d'établir une vérité : la leur, en l'occurrence. La critique étant le propre de l'individu sociétal, comme les événements sociaux le révèlent, elle doit être acceptée. Jean Canal.

Rédaction : Jean Canal ; Phone :336 28 33 25 55 (toujours laisser un message pour une réponse)Contact : presselibre.fr@gmail.com Mise en page/structure du site : Sandrine R. Siège de presselibre.fr Rue des Fontaines, Toulouse 31300. France. CNIL. Dispense n°7 - Délibération n°2006-138 du 9 mai 2006 décidant de la dispense de déclaration des traitements constitués à des fins d'information ou de communication externe.