presselibre.fr indépendant depuis 2006 "Notre rôle n'est pas d'être pour ou contre, mais de porter la plume dans la plaie." Albert Londres Rédacteur de la publication, Jean Canal
presselibre.fr indépendant depuis 2006 "Notre rôle n'est pas d'être pour ou contre, mais de porter la plume dans la plaie." Albert Londres   Rédacteur de la publication, Jean Canal

presselibre.fr le site officiel de la rédaction, créé en 2006, disponible sur support numérique

Le Café 

MIMA

L'art de la marionnette : une mise en scène inscrite dans le cadre de la culture. C'est incontestablement la manifestation la plus culturelle de l'Ariège où les manifestations estivales se succèdent durant l'été. L'art de la marionnette demeure un thème difficile à maitriser ; c'est pour cette raison que la Direction de cette manifestation est rigoureuse sur la sélection des spectacles à présenter, chaque année. Nul doute sur la qualité. Les organisateurs travaillent toute l'année pour quatre jours dévolus effectivement à l'Art culturel...

Jean Canal. En direct de Mirepoix. 5/08/2016.

Avignon et son Festival.

 

Les critiques fusent de toute part sur l'organisation du Festival. La manne que cette manifestation rapporte est louable dans la mesure où les parties concernées en acceptent le challenge. Le consommateur de théâtre, persuadé de se cultiver durant quelques jours, contribue à maintenir le spectacle ! Les lois du libre échange sont appliquées conformément à la société que nous cautionnons ! Le Festival d'Avignon est donc une marchandise. Une de plus dans la société consumériste !

Nos Reportages sur le Festival

 

POLITIQUE

Sans doute, d'aucuns incomberont-ils la conjoncture actuelle, du moins les Politiques, au phènoméne européen qui tend à exiger des réformes sociales profondes ! La question, cependant, demeure intacte : quelles réformes auraient dues être entreprises pour répondre aux attentes des français, d'un point de vue social pris dans sa globalité ? Le Gouvernement connaît, à ce sujet, les points de discordes qui constituent ce contentieux social entre français.

Jean Canal. Marseille. 21/07/2016.

Rocard mort, c'est toute la politique qui est en deuil !

Rares sont les hommes politiques qui ont eu cette hardiesse nationale. L'héritier de Pierre Mendès France, le fondateur du RMI et l'élite socialiste de la Gauche n'est plus ! N'ayant recouvré son pareil dans le domaine politique, la Gauche n'a fait que s'appauvrir avec les opportunistes des successifs gouvernements, lesquels ont ravi l'honneur à la honte ! Aujourd'hui plus que demain, la politique est décriée chez tous les français. l'insatisfaction est générale. Il ne reste au sein des partis que des hommes d'affaires, formés à l'économie.

Jean Canal. Dimanche 13 juillet.

 

La politique estivale se caractérise par des démarches latentes oeuvrant à la mise en place des réformes non souhaitées par une majorité française encline à la passivité politique. JC.

Rédaction

Les Rencontres d'Arles.

Un séjour dans le Sud, le temps de photographier les photos. 

 

Les polémiques circonscrites autour des actes imputés à un pseudoterrorisme en France, débordent sur les limites de la raison incontrôlée. Franchir les limites de la violence en signe de réponse aux tueries serait, effectivement, une réponse disproportionnée qui décléclencherait un conflit de guerre civile, comme le maintient Onfray.

Une communauté musulmane tacitement accusée d'être une religion intoléranteJean Canal. 4 août 2016

 

La démocratie responsable.

Responsable d'appliquer un système souverain au sein du peuple. A Notre Dame des Landes, le référendum a statué sur l'exploitation d'une zone de verdure consacrée à un aéroport ! Hélas, le résultat est défavorable pour ceux qui ont raison et favorable pour ceux qui ont tort ! Ainsi la démocratie a statué sur un point d'achoppement de fond concernant l'avenir commun que partage un collectif divisé. Peut-on se risquer à remettre en cause les institutions pour lesquelles un peuple se bat depuis 1789 ?!

Jean Canal. 13/07/2016.   

La violence à l'ordre du jour. Si l'on osait, on parlerait de vengeance personnelle à l'encontre d'un système socialement déséquilibré ! Symbole garantissant la protection du citoyen dans l'espace public, la Sécurité devient l'ennemi numéro 1 du peuple ! Une minorité attente à sa suprématie en réponse à une crise qui ne trouve d'alternative que dans la privatisation du système social. La globalisation des outils de reproduction individuelle se dessine, en effet, sous les traits apparents de la démocratie électorale ! Le peuple devient le truchement de son arrêt de mort programmé ! Plus la parole lui est donnée, moins elle est audible pour les dirigeants occidentaux ! Il y a urgence d'un grand changement afin de rétablir le droit de vivre en liberté (s) ! Jean Canal. 20 mai 2016.

 

La politique du bien et du mal. 

Assassiner un prêtre est le signe le plus intentatoire à l'occident, lequel rappelle à l'histoire son destin.

Billets d'Humeur de

Séverine G***

notre nouvelle collaboratrice.

 

L'état d'urgence c'est :
des dizaines voire des centaines de petits marchés annulés par des communes du front de mer, zone de villegiature ; lesquels marchés permettaient à des travailleurs autonomes d'investir et de s'approprier l'espace public.L'état d'urgence c'est aussi des petits concerts, des festivals annulés par ces mêmes communes.Paradoxalement aucune commune francaise du bord de mer à ma connaissance, n'a annulé aucun des feux d'artifices qu'elles avaient programmés. 
Severine, sûre qu' on nous prend pour des chèvres !

 

Vous avez envie de nous rejoindre dans la plus scrupuleuse discrétion pour exprimer votre ressenti à l'égard de l'actualité. Ecrivez à cette adresse : presselibre.fr@gmail.com

 Lectorat

 

VISA

Prochain rendez-vous avec la Culture.

Septembre à Perpignan.

 

Les rendez-vous impérieux de la Rédaction.

Le Festival national de théâtre à Avignon.

Les Rencontres de la photographie à Arles.

Visa pour l'Image à Perpignan.

Pour le théâtre, inutile de se rendre sur les autres scènes nationales, tout est joué à Avignon.

La photo d'art et de composition contemporaine se retrouve à Arles.

Le photojournalisme, lui se découvre à Perpignan, en septembre.

Nos Reportages

L'événementiel

A attribuer à tout ce qui couvre l'actualité dans l'immédiateté en conférant à un événement une importance capitale ! 

Nous attendons le suicide de la Gauche et l'avortement de la Droite ! Ensuite, il faudra épurer un système social infecté, en établissant une utopie politique puisée au sein de la pensée contemporaine.

Jean Canal ; bien sûr.

 

Onfray Michel, le penseur du XXI° siècle.

 

Une privatisation globale de l'appareil productif en France, ouvrant le marché au fédéralisme d'état, âpre à exploiter les richesses nationales. Un objectif déjà fixé au programme européen pour les états qui s'inscrivent dans la spolation des biens nationaux. Prémice à l'éffondrement des valeurs patrimoniales, cette économie de marché directionnelle affaiblit l'évolution sociale ; précipitant les risques de dommages sociétaux. Jean Canal. 17/07/2016.

Quand la presse officielle rendait visite à Jean Canal

Être de Gauche, aujourd'hui !

Soit une appartenance au parti socialiste, emblème officiel de la Gauche nationale en France, soit, en dépis de trouver une idéologie à la mesure des ambitions politiques recherchées, opter, pour des valeurs proches de l'idéal que vous défendez ; ici, voter nul ! S'abstenir pour ne pas prendre parti à cette mascarade orchestrée par une poignée de figurants mimant les gestes calqués sur les illustres fondateurs de la pensée sociale... Jean Canal. 11/07/2016.

-Littérature et monde des livres. Ecrire ne confère pas un titre d'écrivain. Cette dernière distinction relève de la place que la littérature lui assigne en lui attribuant cette distinction : le lectorat, lui, n'est que l'histrion de son oeuvre ! Jean Canal, Auteur de vingt ouvrages publiés.

La distribution des prix...libres. 

Le métier d'écrivain. Rares sont ceux et celles qui vivent à l'heure actuelle de leur plume autant si ce n'est plus les employés des presses locales, régionales voire au pis nationale. Pigistes et correspondants de presse locaux sont forcés de multiplier les initiatives pour engranger un revenu suffisant afin de subvenir à des besoins élémentaires. C'est le cas de la plupart de ces employés précarisés par le marché médiatique qui rémunère selon des critères de sélection indéfinis. A la recherche de retraités ennuyés par le temps et s'étant trouvés une vocation soudaine pour la rédaction d'articles relatifs à leur capacité intellectuelle, les journaux locaux, en général, font leur recette sur l'absence de rémunération correcte ! Si la plume ne paie plus aujourd'hui, elle suscite pas moins un certain intérêt pour les élus locaux et régionaux qui la redoutent comme la peste ! Pensez un instant que la verve d'un journaliste indépendant, affilié aux registres de ces nouveaux médias qui dérangent l'institution journalistique officielle, mettent en cause l'éthique des élus et politiques animés de conquêtes professionnelles en leurs fiefs ! C'est tout à fait banal comme attitude ! Un comportement qui appartient à la vilenie locale cultivant un comportement vil pour assurer sa suprématie territoriale ! Leur recours pour tenter d'endiguer, voire d'éliminer définitivement celui qui porterait atteinte à leur souveraineté repose sur des relations aussi infectées que le sont leurs vies professionnelles. Rumeur populiste, intimidation par quelques abrutis locaux, traitrises des plus proches, délation des voisins, etc., etc. Ce qui est très intéressant d'un point de vue sociohistorique est évidemment, l'évolution des mentalités dans un état européen où les régions développent effectivement des us et coutumes propres à un passé sombre, certes, mais révélateur des héritiers pétainistes d'une France socialement d'extrême droite. Autant approuver le discours de Marine le Pen qui a l'avantage d'être clair, précis et sans circonvolution socialiste... On peut donc facilement être de Gauche en adoptant un comportement d'extrême droite. On peut être d'extrême gauche tout en dénonçant son voisin sur des griefs tout à fait imaginaires, etc, etc. Le pire réside dans la responsabilité qui incombe ces élus tacitement désignés. C'est ainsi que se dévoile la véritable personnalité de chacun confronté à l'ambition qui les anime ! Dans un microcosme comme un bourg n'excédant pas les quatre mille habitants, l'analyse est pertinente. En tenant compte de la part naturelle s'entend d'hypocrisie générale qui permet d'entretenir des inter relation notamment professionnelles, l'observateur se rend compte, eh bien que la France n'a que ce qu'elle mérite et ne mérite pas une autre politique qui serait en faveur d'un peuple mouton !  Jean Canal. Mirepoix en Ariège, ce4 juillet 2016.

 

 Les Billets de mai

Où en est le pays de ses contestations devenues permanentes ?

La CGT incarne-t'elle l'esprit du syndicalisme français ? En filigrane des travailleurs engagés dans la lutte des classes, existe une majorité libérale qui n'épouse point les idées d'une gauche radicalisée ! Modérée dans ses idées, une frange de la population ne se rattache à aucune attitude observée dans la société, à l'heure actuelle. Celle-ci aspire, certes, à plus d'équilibre dans la répartie des richesses, sans pour cela spolier les classes moyennes. En effet, le réquisitoire a toujours été sans appel à l'encontre des nantis populaires considérés comme des dissidents sociaux. La société que nous avons cautionnée, ne fût-ce que par des gestes, attitudes et notamment prises de positions à son encontre, reflète évidemment la globalité d'un système que nous condamnons tout en légiférant sur sa légitimité politique. Tout le paradoxe réside dans cette ! Immuable presque, le comportementalisme en est le vecteur par lequel tout s'effondre ! Sans entrer dans les détails qui n'auraient aucune raison d'être exposés pour en démontrer les points antinomiques, il faut se référer à l'activité sociale actuelle qui génère les paramètres de contradictions à l'origine des conflits internes aux classes appelées encore aujourd'hui sociales ! Pauvres et riches, qu'ils soient inscrits dans un organigramme hiérarchisé sur l'échelle des valeurs sociétale sont étrangement dépendants les uns des autres. Dans la forme, l'hyperbole matérialiste des richesse ne fait pas percevoir les problèmes de fond qui minent le collectif social auquel, tous nous appartenons. C'est cette interdépendance qui fait que quelque part notre responsabilité est entière envers autrui, fût-il strictement différent de nous et n'entrerait-il pas dans le schémas que nous espérerions voir adopter pour le bien commun des peuples. Jean Canal. 7 juillet 2016.

 

ICI commence le changement de l'Europe. Dans la sphère politique, les partis traditionnels redoutent un changement de direction électorale pour leur prochaine investiture présidentielle. Il va falloir répondre favorablement aux peuples, puisqu'ils ont démontré qu'ils pouvaient influer sur l'avenir de leur pays, garantissant à leur destin une vie meilleure...

La France, premier voisin des anglais, prend déjà cet événement comme une leçon de démocratie moyennant un référendum qu'elle n'appliquera pas pour connaître l'avis de sa population ; pressentant le résultat.

Coup de semonce de l'Angleterre sur l'Europe, sourde aux instances populaires, les partisans du Brexit ont eu raison d'une politique dictatoriale que personne ne veut ! jean Canal. 25/06/2016.

Le 20 heures de France2 du vendredi 24 juin était consacré à l’analyse des causes de la sortie du Royaume Uni de l’Union européenne.

 

Faits divers en été. Nettoyage à Marseille : 3 morts !

Grèves

En vacances !

 

 C'est l'hallali, au gouvernement. Un policier, certes encarté au Front National, refuse de serrer les mains successivement de François Hollande et Manuel Valls, lors de la cérémonie. Une parodie commémorative pour saluer la bravoure des deux policiers sacrifiés sur l'autel de la démocratie à la française ! En prime une légion d'honneur qui n'a de sens que pour ceux qui la décernent ! Si la Gauche socialiste ne peut maitriser les paramètres de l'état, comment le pays pourra-t-il se sortir de l'imbroglio dans lequel il a été plongé ?! les citoyens seront appelés à se défendre face à une hostilité croissante à leur encontre. Les responsables seront désignés par les soldats de DAECH, selon des critères conjoncturels : hommes politiques, journalistes, intellectuels, policiers, etc. Jusqu'au jour quand le quidam de la rue sera poignardé pour des raisons de circonstances relatives à la situation ! La paix est loin d'être effectivement acquise. Jean Canal. 19 juin 2017.

 

Être de Gauche, aujourd'hui.

Montebourg en perd son latin, lorsqu'il est sollicité pour s'expliquer sur la conjoncture actuelle. Il semblerait que la politique de gauche exercée par l'ancien ministre de l'industrie n'ait pas été conforme à l'esprit de la Gauche républicaine des Gouvernements de François Hollande. Valls a perdu l'occasion de postuler à la place suprême de la fonction présidentielle ; il s'est discrédité au jugement des français susceptibles de voter pour lui ! Hollande est fini ! Mélanchon cultive l'utopie populaire. Les le Pen sont ingouvernables ! La Droite se dispute le pouvoir entre têtes de liste ! Sarkozy ne fait plus recette ! Jupé est en pleine sénescence ! Macron attire les jeunes cadres de droite. Le politique en France n'existe plus qu'à travers les médias...qui lui donne une seconde raison d'être ! Jean Canal. 17/06/2016.

Petite annonce sur le boncoin.fr : "Le pays France recherche homme politique pour présidentielle 2017. Personne non sérieuse, s'abstenir."

 

Stop-France-recherche-homme/femme politique-présidentielle 2017-stop-parti politique indifférent-stop-pas sérieux s'abstenir-sto

Go away from Europe...

Les anglais se cassent !

 

50 et 2 morts de trop

          Les USA paient un lourd tribu pour leur implication dans les guerres au Moyen Orient !

L'islam confirme donc sa haine à l'encontre de tout ce qui ne lui ressemble pas ! Pour la grande majorité des français qui seront incités à voter pour le parti de Marine le Pen, "cette religion ne prêche pas la paix et dieu n'est qu'un argument pour justifier des actes trouvant leur signification dans la haine viscérale de l'occident !"

Le peuple s'exprime !,

comme il peut...

 

L'éditorialiste

"Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libre." De La Boétie. 1546.

 

Lisez Jean Canal. Auteur de plus d'une vingtaine d'ouvrages disponibles sur le net. De 1986/87 à aujourd'hui, jean Canal a consigné des centaines de pages, des milliers d'écrits et millions de mots qui se sont enfin métamorphosés en livres. Une correspondance établie entre une américaine et lui, ainsi que celle destinée au Maître sont en instance d'être mise au jour pour une publication à venir.

 

Les Libertés civiles en danger... En évoquant le mot Liberté, on ne peut s'empêcher de songer à Montesquieu et notamment à Alexis de Tocqueville dont cette acception suscita, chez ces deux penseurs issus des Lumières, des réflexions mûries à la clarté de leur expérience qui ne nous a guère servi... A son retour des Amériques, Tocqueville est inquiet sur l'usage de la démocratie que les américains pratiquent avec des risques forts d'en perdre le contrôle absolu. Montesquieu, lui, souligne le danger de la prise de tous les pouvoirs, du moins leur concentration en une seule entité, privant ainsi les peuples de la liberté d'agir selon les concepts démocratiques aristotéliciens : le référendum permanent ! Depuis que la démocratie existe en France, il ne fut jamais adopté, puisque les pouvoirs de décisions sont conférés au président de la République qui applique une politique (sa politique) quelque peu oligarchique. Les deux philosophes appréhendaient la démocratie avec prudence, ayant sans doute pu évaluer les conséquences d'une gestion encline au détournement de ses concepts. Les dernières décennies de notre histoire contemporaine nous laissent un témoignage suffisamment riche en expériences politiques pour savoir exactement ce que les peuples désirent exactement ! Après la conquête héroïque des libertés individuelles octroyées au compte goutte, de façon à ne pas tout restituer d'une seule voix, celles-ci font l'objet, à nouveau, de restriction dans le domaine de leur utilisation astreinte à des lois iniques ! Est-ce une révélation ou bien une annonce faite aux populations déjà extrêmement surveillées. Il s'agit, cette fois-ci de haute surveillance ; finis les indics, les balances, les voisins délateurs, rédigeant des mains courantes, les dépositions erronées, les faux témoignages, les coups de téléphones et autres moyens de communications classiques. Le net, bien que sous l'œil vigilant des services de sécurité, va devenir le lieu de prédilection des hautes instances secrètes des états ! On savait que nos emails étaient lus, que les choix de direction de recherche étaient répertoriés par les mêmes services pour déterminer la personnalité de chacun. Fichés, répertoriés et en permanence surveillés !Maintenant, il faut comprendre que nos paramètres de connexion vont être et sont déjà exploités à l'encontre de notre propre décision relative à la liberté individuelle. Comment interpréter cette situation ? Par le commencement de la fin des libertés individuelles elles-mêmes. Jean Canal.                       

 

La fin de l'Empire. De la féodalité à l'Ancien Régime voltairien, l'Empire aboutit enfin aux Républiques ; mais en quels Etats !! Jetés sur le pavé après des années de fidélité dans un système méritocratique, les nouveaux exclus des richesses économiques en déclin regagnent les classes sociales appauvries par un ultra libéralisme liberticide ! "ON" nous avait habitués à la compression de personnels, aux licenciements, aux remaniements et réorientations des employées voués à connaître, sur le long terme, la fin de leur entreprises en proie aux concurrences sauvages que le capitalisme génère au sein de la mondialisation ; et cela, tout en justifiant les sacrifices indispensables pour demeurer européens ! Les victimes de ces grands changements institutionnels ne sont autres que ceux qui, emportés par l'élan de valeurs démocratiques, votèrent hasardeusement pour une Europe fédéraliste ; en oubliant, cependant, les valeurs sociales qui organisent les sociétés, fussent-elles capitalistes !  La France lancinante, en effet, agonise  lentement de son suicide collectif sans que cette Europe-ci accoure à son chevet !  Jean Canal. 24 octobre 2014.

 De valeurs ? Il ne subsiste que celles cultivées dans les bourgs, villages et hameaux qui se maintiennent en retrait des spoliations identitaires exercées dans les grandes agglomérations, villes et capitales ! Les us et coutumes devenant obsolètes au regard du fédéralisme en perspective de la Constitution européenne apparaissent dans la culture historique de ce pays, comme un folklore d'un autre âge que quelques uns entretiennent comme un précieux héritage valorisant un individu désormais déraciné ; pour ne pas oser dire apatride ! Oui ! On nous a menti ! Comme on nous ment depuis toujours, par habitude sans doute dans l'intention de conduire les peuples aux abattoirs de la production consumériste ! Et aussi paradoxal que cela pût paraître, nous avons tous contribué à la destruction programmée de notre identité, persuadés d'agir pour les causes communautaires de l'espace Schengen !  S'agit-il d'une destitution des pouvoirs hégémoniques de la France envers son propre peuple ? Où sont-ce la fin puis la mort des valeurs nationales qui annoncent à l'aube des prochaines présidentielles l'éradication définitive de l'entité française ? Que reprochez-vous donc, Habitants de France (Européens opportunistes) à cette France d'autrefois où le peuple vivait de peu et du bon dans le bien. Où Mohamed, Luigi, Ramon et François vivaient en bonne entente, sans discrimination ni racisme ou xénophobie (quand bien même y eût-il toujours des cons pour cultiver la haine de l'autre !). Il s'agit, évidemment, des Trente Glorieuses qui ont bonifié les populations, par l'implosion économique du Plan Marshal. Le Scepticisme devient évident devant l'absence d'alternatives de sauvegarde des valeurs ; mais il ne doit pas cultiver des idées rigides des partis politiques prônant le retour au nationalisme !La félicité du pays était au rendez-vous ! Très peu d'argent suffisait pour vivre ; tandis qu'aujourd'hui, il n' y en a jamais suffisamment ! L'économie en faillite sonne glas du pays, en réformant l'effectif militaire et tout un processus de dévalorisation sociale ! Ce pays est donc à vendre au plus offrant ! Réformes sociales exigées, l'état révoque les prétendants aux postes oisifs ! Les fonctionnaires ne réchappent plus à l'équité des réformes indispensables pour répondre aux exigences européennes ! Les Anglais ont refusé de se plier aux prérogatives européennes ; préservant ainsi le minimum de système social populaire et garantissant aux leurs l'indépendance légendaire de ce peuple conquérant. Jusqu'où la politique gouvernementale pourra aller sans déliter le tissus social ? Jean Canal. 24/10/2014.

 

Le Journalisme intellectuel. Il se présente sous les apparences de l'analyse concise selon le niveau intellectuel capable de discernement global pour émettre une réflexion ; de la part de celui ou celle qui exposent le sujet, le plus souvent sous la rampe des médias audiovisuels où l'audience est la plus élevée. L'impact escompté au cœur de la masse populaire est moins important qu'au sein des classes sociales supérieures à celle-ci (tout étant relatif) qui encensent ce genre de débat et souvent le plébiscitent par l'audience ; les débats sont le plus souvent satellites d'une idée collective que les élites circonstancielles font graviter autour de leurs personnes ! Evidemment, au même titre que le sophiste bien connu dans la figure de Gorgias (œuvre philosophique de Platon) qui s'applique à définir les syllogismes de son discours pour convaincre du contraire, le journalisme intellectuel se veut (l'est-il ?) empreint de philosophie politique capable de prévenir les conséquences conjoncturelles à une crise, par exemple. En vérifiant les faits réels d'un évènement concret, il suffit de rechercher la vérité qui en découle pour démontrer à partir de cette dernière tout autre contre-vérité qui attestera de la réflexion dudit ! C'est très habile et peu dénoncé par autrui, puisque tous, ou presque, y recourent ! Nombreux, effectivement, sont ceux qui sur la scène médiatique, se gargarisent et assènent une sorte de parole prophétique qui détermine les raisons actuelles de l'état des choses, en l'occurrence politique ! Et le résultat est époustouflant, notamment avec celui des élections tunisiennes qui donnent gagnante la démocratie péniblement extirpée du Printemps arabe (alors que l'unanimité médiatique misait sur un échec patent dû au contexte socio politique !) ; tandis que tous les politologues glosaient sur la thèse de l'impossibilité de mettre en place cette espèce de idéologie à la tête d'un pays vacillant entre le religieux et le politique ! Bref ! Chacun est toujours responsable de ce qu'il croit et de ce qu'il se laisse croire sous l'influence de la collectivité encline à épouser les idées d'autrui lui semblant propres aux siennes...(Parlez-moi de ce que je veux entendre, je vous prie ; et surtout ne me dites pas la vérité.) C'est ainsi et notamment de cette manière que se véhicule tout un esprit dans un état, un pays au demeurent sur la planète : faire croire quelque chose qui arrange tout le monde, ou presque ! Jean Canal. Revu et corrigé le 30 octobre 2017. 

 

Savoir et Penser ; ou bien, la philosophie de l'esprit, selon Kant ! C'est essentiellement l'interpellation de l'intelligence qui, animée par la propension d'accroître des connaissances, déterminera les raisons de cette acquisivité ! L'âge de cette raison arrive à son échéance au faîte de l'existence ; quand, précisément, celle-ci, ne se trouve plus d'alternative à continuer ce chemin qui a emmené l'être à se poser cette question : question philosophique en l'occurrence. C'est un critère qui atteste de l'intérêt que l'individu porte à la notion du temps, parfois et même systématiquement inconsciemment, lorsque ce dernier semble limité dans sa durée. L'espace qui circonscrit le vécu avec ce qui nous reste à vivre révèle la valeur de l'existence. Plusieurs conceptions se présentent au regard que nous attacherons à la vie ; les plus fréquentes résident dans ce partage de l'esprit qui se retrouve au sein de sa rationalité ou irrationalité ! D'aucuns se rejoignent dans l'idée de la pérennité de celle-ci au-delà justement de cette rationalité contradictoire avec cette essence spirituelle ! D'autres résument cette présence terrestre comme une forme de cartésianisme auquel il faut se conformer, sans tenir compte de la notion rédemptrice de l'âme, évanouie au premier balbutiement du souffle arraché lors de la fin du voyage ! chassant ici, l'idée de réincarnation d'une matière volatile. Y'aurait-il, en fait, deux formes qui conduiraient l'individu à se comporter conformément à des concepts d'existence différents par leur représentation de la vie ; l'un spirituel et l'autre intellectuel ?! Les deux, pourtant, ne sont point incompatibles et se rejoignent dans l'interprétation que l'existence insuffle, au cours des années qui définissent sa raison d'être ! Fuite en avant ou bien déni de soi-même au regard que nous jetons loin derrière nous, avec une analyse succincte, évidemment, le jugement que l'on porte sur la valeur attribuée à la vie, rattrape toujours le présent dans lequel nous la terminons et quelquefois parachevons, sans avoir accompli entièrement le projet informel fixé dans l'inconscient !  Le plus probable serait de croire que l'initiative qui s'est offerte à l'individu pour cheminer jusqu'au bout, fût la seule et que s'en imaginer une autre, enduirait en erreur l'idée que l'existence se fait de Nous ! Jean Canal, Réflexion sur l'âge final de l'existence ; Toulouse, 29 août 2013 ; 5 heures trente du matin.

 

"We must live together in peace." Ce sont les mots de Thruman, en 1945 ; prononcés devant les Nations Unis. On observe guère de changement dans les conflits internationaux depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. On eût cru, un moment, que les relations internationales allaient se réguler dans un processus de paix unilatéral, garantissant aux peuples une tranquillité pérenne ; il eût été utopique de croire que l'humanité put prétendre, un jour, à un soupçon de sérénité commune et d'entente universelle ; c'est méconnaître l'être humain! Le conflit réside déjà dans l'être lui-même à un degré infime de son entité : il en est inextricablement dépendant à travers une culture traditionaliste qui stigmatise l'individu dans un contexte national dont l'histoire rappelle les valeurs et lui confère ses vertus. Sous prétexte que le devoir de mémoire est là pour rappeler les obligations morales de chacun dans un monde inégalitaire, les nations cultivent une appartenance identitaire attentatoire à l'émancipation universelle des peuples ! Certes, les indéniables références du passé auquel nous sommes heureusement rattachés nous permettent de pouvoir éventuellement appréhender l'avenir et parfois anticiper sur les événements présents. Les conjonctures actuelles en démontrent, cependant, le contraire ! Les sociétés se sont administrées une dose de dépendance économique qui les astreint à obéir aux systèmes de productivité mondiale, dans la sphère géopolitique. Les événements de Syrie se banalisant, au gré des politiques passives à souhait, elles peuvent, sans ambages, se targuer d'être assassines ! Jean Canal.

 

 

L'égalité sociale pour tous ! Aucune politique raisonnable en perspective  pour sortir les peuples de leur déclin ! La Gauche éventuelle de 2012 viendrait-elle à bout de la crise économique en France ? Assurément non ! Ce n'est plus une question de politique, mais une résorption générale des abus boursiers ! C'était déjà un vieux thème, évoqué en un consensus national que cette égalité sociale ; une valeur ancienne que de satisfaire les peuples, au nom de l'intérêt national, voire au pis de la Patrie ; du moins chez les idéalistes, les penseurs et humanistes universels. L'intérêt ayant muté vers celui de l'individualisme, la patrie n'appartient plus qu'aux militaires et aux système de sécurité. Et les maires, me diriez-vous ? Les maires, eh bien, ils sont dans une optique toute particulière aux retombées médiatiques, au niveau de leur administration ! D'aucuns, même, font dans l'excès en matière d'aménagement de leur commune. Bref ! Il faut bien se distinguer avec les moyens relatifs à son niveau... Ce n'est plus qu'une vérité de polichinelle, comme un secret tenu entre partis politiques que cette situation laisse augurer pour les peuples. Lesquels présenteraient une garantie économique pour ces peuples perdus dans l'anonymat identitaire, sans repère et déchus d'une culture ancestrale qu'ils se fabriquent, persuadés que l'heure est à la mondialisation. L'échec est cuisant pour les gouvernements, avéré pour les banquiers qui malgré les chiffres plaidant en leur faveur, sont en concurrence étrangère, selon les principes premiers des lois du libéralisme. L'alternative européenne était une manière de réconcilier les peuples entre eux et avec leurs nations, d'éviter les guerres et les conflits entre elles. Ce fut, également, la façon la plus souveraine d'exprimer une volonté démocratique à dessein de rassembler les populations autour d'un même idéal de Liberté. Seulement, les peuples en ont été exclus au profit des oligarques s'étant appropriés la pensée de décision. C'est pour ces raisons que se sont levés des vents de révoltes dans toute l'Europe. Et ce sera sans doute pour cette raison que l'échec européen se formulera par des invectives populaires qui se dresseront les unes contre les autres, sous le pouvoir affaibli de ses dirigeants. Nulle prophétie qui serait issue d'une quelconque équivoque dans une interprétation fantaisiste ; seule la réalité signe ce triste bilan. Faudrait-il considérer alors que toutes ces valeurs excipées par-devers les sociétés afin d'appétence financières soient le fruit de conventions communes passées entre belligérants à ces peuples agenouillés, en Europe, devant l'économie ?!  Jean Canal, revu et corrigé le 6/12/2011.

 

 

 

Une certaine lassitude médiatique incite le lectorat à se détourner de l'actualité qui lui devient récurrente à travers des événements dont il n'a aucune influence pour éventuellement en changer le cours. Acteur passif de la marche du monde, quand bien même se sentirait-il investi d'une mission honorable confirmée par son vote, le lectorat ne fait que contribuer à la progression d'un système complètement dépendant de sa volonté ! Les médias audiovisuels officiels qui accusent un audimat en baisse face à la diversité de la toile, où d'ailleurs on peut les retrouver, n'occupent plus la place prépondérante qui leur était assignée par le journalisme. En effet, la profession de journaliste a explosé depuis que internet s'est approprié la liberté d'expression... Concurrence au niveau de la forme ; mais prédominance pour le fond de la trame journalistique chez les grands initiés de la presse historique : le Monde Diplomatique reste la référence papier par excellence. C'est pour cette raison que nous orientons notre recherche vers des sujets demandant une pertinence intellectuelle relevant parfois de l'intolérance. Le point de vue général redistribué aux particularisme individuel qui l'analyse de manière à revenir sur son origine devient quotidiennement l'application journalistique du média ! Peut-il l'éviter ? Non, bien sûr ! La redondance est le fruit de l'information : les sujets sont traités en boucle de façon à ce que leur diffusion imprègne l'auditeur, en l'occurrence, puisque la presse écrite reste figée par la plume. Les événements nationaux qui s'inscrivent dans l'évolution des politiques restent l'apanage du lectorat qui évidemment est directement concerné par les conséquences sociales qui ressortiront du changement éventuel dans la gestion d'un pays ; les Grecs et maintenant l'Italie ont démontré combien ces peuples respectifs pouvaient avoir une incidence sur leurs gouvernants.  

 

 

La souveraineté entre les mains sales du peuple ! Souverain en la démocratie, il s'exerce dans des fonctions suprêmes de la gouvernance ; s'arrogeant des titres de décision en la justice de ce pays ! Le peuple a donc élu une nouvelle forme judiciaire afin de s'acquitter de la délicate tâche du jugement des siens, derechef ! Suppléant les magistrats dans les tribunaux de Grandes Instances, lors des décisions correctionnelles à imputer aux coupables (ils ne sont pas tous en prison), ces accesseurs, issus de la plèbe populiste, inscrite dans la laborieuse progression de l'évolution d'un pays exsangue de son économie, contribuent à en réduire les juges dans les tribunaux, au demeurant à étioler une justice fébrile !!! Voilà ! C'est ce grief qui est retenu comme principal accusé portant atteinte aux institutions de Justice ! Il fallait que la justice évoluât pour qu'elle pût être rendue équitablement en conformité avec les droits inaliénables des citoyens ! C'est une espèce d'amendement pour son éthique qui vient de corrompre les fondements des lois ! La magistrature chancelle sous la torture que lui inflige une politique française épousant les idées fédéralistes de l'Oncle Sam ! Autrefois, le doute s'imposait comme raison de justice, en ce sens que l'acquittement était requis sur de simples présomptions. Les jurés en cour d'Assise étaient conduit à la réflexion par son Président qui orientait la condamnation vers une peine proportionnelle aux crimes (des injustices furent commises, néanmoins). Avec le système adopté par Nicolas Sarkozy, les citoyens accesseurs élus pour juger les leurs commettront inéluctablement des erreurs proportionnelles, condamnant des coupables, sans étude préalable du cas par cas ! Et si vous pensez que vous et les vôtres ne sont pas concernés par ce lie de justice, eh bien l'avenir vous en démontrera le contraire, lorsque votre enfant sera jugé pour des faits qu'il n'aura pas commis ! Et l'innocence dans tout cela demeure encore enfermée par l'aveuglement du peuple.       Jean Canal 3/01/2012.

  

Quel avenir pour demain ? Demain c'est déjà aujourd'hui ! Craintes et incertitudes se formulent par les mécontentements d'une population confrontée à des situations sociales, morales et éthiques de plus en plus inacceptables ! Il ne s'agit plus de se sortir d'une impasse relative à une conjoncture nationale, comme les crises économiques, intentionnellement entretenues pour jeter en touche les basses couches sociales, mais c'eût été toute une société européenne qui semblerait décliner vers des temps du passé ! En effet, les crises succédant aux crises, les états européens ayant souscrit une politique économique basée sur des intérêts à court terme, commencent à régler l'addition présentée par un endettement faramineux, pour des investissements en des infrastructures puériles ! La faute ! Le système capitaliste actuel engendré par la spéculation outrancière des investisseurs ! La manipulation de l'argent moyennant des procédés qui ont périclité la hausse des produits de consommation de base ! Voilà l'état actuel d'un système qui développe les inégalités en tout genre.  Des thèmes récurrents qui déstabilisent l'évolution des sociétés structurées dans une linéarité économique. C'est le constat que la situation internationale actuelle révèle en développant des crises sociales au sein de l'Europe, notamment. Augmentation croissante des denrées de base, des énergies domestiques indispensables et du coût général de la vie marchande. Le tout sur toile de fond des politiques incapables de trouver une alternative à cette conjoncture qui pérennise ; car de solution, selon eux, il n'y en a pas dans le modèle actuel de politique élitiste, bien entendu. La question qui s'impose s'adresse à l'avenir des jeunes générations dont la démographie ne cesse de croître, à en effrayer les extrémismes de droite : quelle résolution prendre pour se sortir de cette impasse qui ne cesse d'accentuer les disparités entre les civilisations, puisque c'est de cela dont il est question ! Jean Canal 27/03/2011. 

 

Question d'éthique : La France recouvre-t-elle sa xénophobie légendaire avec les cantonales ou bien est-ce un soubresaut de mécontents, frustrés, que le vote du dimanche nous apporte ? 

La politique française semble augurer des élections de 2012, avec le leader féminin du Front National ! Marine Le Pen agite les populations désabusées qui ne se reconnaissent plus dans une politique de droite traditionnelle dont le bras rédempteur de l'éthique ne fonctionne pas selon le désir de quelques uns déçus de la nation. Comment réagiraient les français fidèles à la tradition républicaine face à une situation démocratiquement embarrassante ? ! L'incidence d'une majorité extrémiste sur les options démocratiques irait-elle jusqu'à relancer une lutte armée de la gauche de la gauche ? Le principe premier dans une lutte, est de reconnaître exactement ses ennemis, de les répertorier, de les ficher afin de les traiter au moment opportun, chacun selon l'implication ! La démocratie ira-t-elle jusqu'à obliger de concevoir l'inacceptable, en refusant une politique où les libertés communautaires seraient bafouées  ? 2012 apportera une réponse inattendue pour des septiques inconditionnels du changement permanent que les urnes sont sensées redonner, sous un climat de crainte. La question cependant qui revient aux bouts des lèvres pour interroger l'idée généreuse de savoir si les sociétés doivent muter vers une conception meilleure pour elles-mêmes, trouve sa réponse dans une réflexion toute réfléchie mûrement : cette société-là ne vaut pas la peine qu'on la sorte de sa condition ! Sans provocation aucune, nous pourrions nous risquer à dire qu'il n'en reste aujourd'hui que l'idéal cultivé par les révolutionnaires bolchéviques, depuis 1917. Après, les idées firent ce reste ; c'est-à-dire une révolution pour chaque nation avec les théories marxistes-léninistes, maoïstes parfois et socialistes toujours ! Une révolution serait-elle uniquement de gauche ? puisant ses sources dans les thèses socialistes ? Sont-ce les contestataires qui détiennent le pouvoir de fomenter une révolte au cœur des mouvements sociaux ? Les schémas sociaux utilisés pour l'élaboration de nouveaux concepts de vie n'appartiennent-ils pas à une politique généraliste ?   Quatre-vingt-dix ans que Rosa Luxembourg est morte ; assassinée par l'extrême droite allemande, en janvier 1919. Imprégnée de la Social Démocratie de l'époque, elle livra un combat contre les guerres, en général, et, comme Jaurès, contre celle de 14/18 ; en vain.  Les idées étant sensées murir au rythme des saisons politiques, doivent-elles être forcément calquées sur celles qui contextuellement donnèrent lieu à des changements sociaux favorables à une majorité populaire qui les a reniées, au cours de l'évolution des classes ? Le monde ouvrier étant réduit à la somme des délocalisations et du rachat des entreprises par des consortiums immensément persuasifs, l'idée d'une révolution nationale au pis internationale ne revêt-il pas les aspects d'utopie, au sens où Thomas More l'entendait...  La droite extrême se reforme en France et en Europe, traduisant encore un thème récurrent des civilisations : la démographie ! Accentuée par des facteurs géopolitiques, la démographie crée des réactions xénophobes systématiquement ; la peur de l'étranger s'instaure avec la recrudescence des conflits. Jean Canal 01/03/2011. 

 

Autour de l'anthropologie constructiviste. La description des sociétés selon une analyse moderne inscrite dans le profil stéréotypé que les civilisations véhiculent pour s'identifier entre elles, se reconnaître et enfin s'accepter, comme telles, repose sur un modèle erroné voué à connaître un suicide collectif des valeurs méritocratiques ! Basées sur le fonctionnement de la logique permanente, les sociétés reproduisent des schémas qui trouvent leur fondement dans l'élaboration de l'archétype traditionnel qui leur sert de référent, depuis le XIX° siècle. L'individu en est son propre produit, en incarnant les caractéristiques qui définissent le social. Les distinctions entre les particularismes qui en découlent se perçoivent chez les mêmes genres excentrés du reste de la population. La masse en elle-même représentant le poids le plus lourd dans le déséquilibre des civilisations, représentée par la globalité des individus, elle est cependant allégée par la dissolution des valeurs indispensables à son évolution, en nette disparition. Il s'agit, évidemment, des valeurs qui permettent à l'individu de prétendre à son émancipation pour se libérer de l'emprise de la société sur son mode de vie. On constate le contraire, de plus en plus flagrant dans le comportementalisme quotidien. Confortées par l'idée du nombre, les populations semblent avoir définitivement adoptées ce principe qui consiste à légiférer le pouvoir à une poignée de personnes autorisées. C'est une façon de se débarrasser des problèmes qui incombent l'individu lui-même refusant de les traiter en amont des difficultés grandissantes ; cette forme d'assistanat résulte de la passivité relative que les individus pratique en faveur des systèmes démocratiques actuels -afin de faire allusion à la démocratie d'Aristote qui consiste à solliciter le peuple à chaque échéance de décision...Jean Canal 19/02/2011. à suivre...réflexion sur le constructivisme.

 

Les Lumières de l'Europe. Pressentant que la conjoncture actuelle s'enlise, il fallait revenir sur le sujet présentement éclairé, ci-dessous, sous forme de réflexion pertinente, quitte à augmenter la longue liste d'ennemis que presselibre.fr contracte au quotidien ; voulant absolument préserver notre intégrité, nous préférons dire et notamment écrire ce que nous pensons (ce qui est rare de nos jours, malgré les apparences toujours trompeuses). A bon lecteur salut !

Au même titre que les fondements des sociétés civiles établies par les philosophes grecs, notamment les présocratiques, les penseurs de l'Ancien Régime semèrent le terreau sur lequel est toujours cultivée une nouvelle idée du monde...libre. D'ailleurs, quelle référence pourrait renvoyer les intellectuels à une conception rationnelle de la société des peuples ? Si ce n'est celle-là-même qui donna naissance aux démocraties modernes ! La recherche constante d'un équilibre synonyme de paix sociale n'eut cesse de fomenter des prétextes aux révoltes chez les peuples qui ne se retrouvaient pas dans les idées imposées par une majorité souverainement instituée. Au temps des classes intellectuelles élitistes qui maintenaient les états subordonnés à la pensée stéréotypée d'une éthique falsifiée pour leurs causes, les hauts dirigeants des régimes oligarchiques, dictatoriaux et monarchiques encensaient l'utopie pour le simple intérêt du pouvoir absolu ! Leur héritage assuré par les nouveaux économistes issus des classes dites bourgeoises s'est transmis dans un esprit spéculatif qui aujourd'hui assène la société, à coup d'opérations boursières dont ils modèlent à loisir l'inflation. En s'étant approprié les biens de la planète, au nom du progrès, ils ont considérablement appauvri des civilisations entières qui ne transmettront plus un autre héritage fondamental chez les peuples libres : la liberté individuelle !

Les foyers de haine et de révolte sommeillent en des endroits endormis de l'espérance humaine ! Ces sociétés en apparence tranquilles végètent pauvrement dans l'expectative qu'une étincelle provoque une manifestation incendiaire, difficile à maitriser. Rien ne laisse augurer de cet état dans des situations paisibles, contrôlées par un pouvoir qui pressent un malaise général dangereux pour la pérennité de son histoire. Malgré les groupuscules formés d'opposants à tout régime, le pouvoir se dirige encore vers les options qui lui sont favorables en matière économique ; et ça, les gouvernants l'ont compris ! Inscrits définitivement dans un processus de dépendance vis-à-vis des uns et des autres, les états n'ont réellement plus d'alternative pour échapper à une destiné dont ils connaissent d'ores et déjà l'aboutissement ! Dotés de politiques opportunistes qui tentent de répondre à un esprit général du libéralisme unanimement convoité par les populations, les états, qu'ils soient du Nord ou bien du Sud, ne voient aucune alternative leur garantissant de préserver leurs acquis tout en perdant définitivement le pouvoir des capitaux ! C'est en quelque sorte pour cette raison gardée précieusement que les sociétés tributaires de ce système succombent lentement sous le fardeau du contentieux qu'elles ont provoquées sciemment entre elles !  L'état actuel de la situation sociale des pays investis dans ce processus de modèle évolutif, ne transparait pas encore suffisamment pour alarmer directement les peuples assignés à résider dans un contexte de dépendance. Les signes, pourtant, ont jalonné les parcours des gouvernements successifs qui sous forme de récurrence politique ne firent et ne font que reconduire un système cautionné paradoxalement par ceux qui n'en veulent pas ! S'en défaire étant pratiquement impossible, puisqu'il régit toute l'organisation des sociétés, ce système règne sans véritable partage sur les idées que les états véhiculent moyennant un appareil de dissuasion approuvé en amont par le dirigisme démocratique ! Une révolution à l'instar de celles que les peuples connurent et connaissent toujours en des pays privés de liberté, comme c'est précisément le cas dans les pays arabes, serait-elle à même de régler définitivement les problèmes de fond que les sociétés connaissent depuis les changements institutionnels en politique ? Non, évidemment ! Le pouvoir reste le pouvoir ! Et s'il parvient à se substituer à une autre manière de dirigisme pluridimensionnel dans la sphère nationale, au demeurant internationale, ce pouvoir-ci finit par se plier aux exigences des marchés capitalistes qui lui dictent la politique conjoncturelle à observer pour "pouvoir" préserver des relations avec des partenaires potentiels ! L'idéologie, par laquelle les sociétés crurent se libérer des "servitudes volontaires" auxquelles elles furent emprisonnées durant suffisamment longtemps pour en garder des séquelles indélébiles, cette idéologie appartient à une espèce d'idéalisme que seuls des individus marginalisés par l'occurrence de l'existence, cultivent à l'escient d'une utopique société ! Une chose est certaine, cependant : il est préférable de vivre libre et pauvre que riche et esclave ; c'est ce que la majorité des gens préfèrent ne pas concevoir, par risque de se remettre en question et finir par tout abandonner, même les idées ! Jean Canal réflexion sur les sociétés en manque d'émancipation.  3 février 2011.

 

 

Le chancellement de la magistrature. La démocratisation du crime. C'est la banalité qui crée l'habitude ! Les faits divers à sensation n'attirent plus l'attention obnubilée du "spectateur", en haleine devant l'actualité, à laquelle il demande presque de lui parler de crimes ! Qu'à cela ne tienne ! La mise en image sous forme de séries réservées aux adeptes inconditionnels, continuellement frappés de psychose profonde, permet de maintenir une peur constante au sein d'une population encline à la débilité, entièrement conditionnée. De cette manière, la peur générale est instituée et la sécurité renforcée, en apparence... Ceci justifie cela... Les chiffres, pour ne pas revenir sans cesse sur ce critère, agissent en tant que vecteur de tension exercée au corps de la magistrature à qui l'on demande (exige) un travail exécuté rapidement ! C'est là que le bas blesse : une distribution de peines au prorata du temps imparti... Le budget consacrée à la magistrature et aux services de sécurité (police, gendarmerie) étant insuffisant pour que des enquêtes soient menées à terme, la nouvelle forme pénale de Nicolas Sarkozy rejoint les méthodes de la justice américaine qui ne peut garantir une sécurité à tous les citoyens, y compris les leurs : classes aisées ! C'est ce modèle-ci que le gouvernement français veut adopter. Vers une justice américaine qui repose sur la valeur de l'argent au détriment de l'individu ! C'est ce que le peuple français a choisi en votant pour Nicolas Sarkozy ! Il paie... Du moins, il commence à régler une lourde addition qui coûtera cher aux contribuables ; non pas par le coût pécuniaire, mais par les conséquences du "tout répressif" que ce gouvernement tente, maladroitement de faire adopter !

Un médecin de notoriété irréprochable fut mis en garde-à-vue, à Toulouse, durant deux jours, pour conduite en état d'ébriété ; c'est dire combien la multiplication du chiffre a des effets convaincants sur les politiques d'élection... Les effets escomptés : la maîtrise de la criminalité incluant délinquance et délits mineurs. Sauf que ces phénomènes s'inscrivent dans l'évolution précaire de la société incapable de trouver des solutions exponentielles pour rééquilibrer le système vacillant ! Pour que les Magistrats accusent un mécontentement général exprimé véhémentement par la voix médiatique, c'est que ce pays est au plus mal ! Très en colères, les Magistrats se fâchent contre les propos de Sarkozy et du Garde des Sceaux. Mensonges, ses propos ont l'effet escompté de la part du pouvoir ! La formule de "présumé coupable" ne plaît guère aux magistrats qui semblent considérés comme des irresponsables. Le disfonctionnement serait à imputer à l'état qui se refuse de donner les moyens financiers de réaliser un travail judicieux de la justice ! Le sous effectif du personnel et des magistrats est une des nombreuses causes des erreurs commises au corps défendant desdits magistrats : dossiers sans suivis, enquêtes tronqués de l'exhaustivité requise, manques de fonctionnaires, etc. Aucune faute à imputer à la Magistrature ! En supprimant le pouvoir de décision aux juges, l'état se rend coupable de délinquance juridictionnelle. En conférant les aptitudes de juridiction à de simples valets de pied dont la fonction n'est autre que d'appliquer des sanctions punitives exemplaires, la loi perd de son intérêt d'être au cœur même de la nation, quand son rôle dévolu à la justice devient une forme de réduire le coût financier de cette dernière ! C'est toute une population qui doit être soucieuse de l'avenir de son système judiciaire laissé à l'abandon de personnes sans formation professionnelle. Jean Canal 8/02/2011.

 

Du ministère présidentiel. De Révolution, il n'y aura pas ! Il suffit de regarder la population française se mouvoir en des circonvolutions limitées au champs de vision analytique d'un esprit sclérosé, pour comprendre que l'urgence est plutôt au bien être de chacun qui, estampillé de la griffe référentielle, de la tête au pied, et dont l'esprit étiqueté cultive les bienfaits d'une consommation de masse, se laisse porter par le courant politique opportuniste répondant, ainsi, à ses aspirations les plus individuelles ! Quant aux manifestations, elles, sont sporadiques et s'inscrivent dans cette réaction spontanée de l'individu frustré face à l'impossibilité de n'avoir pu surmonter ses propres problèmes par lui-même... Le potentiel susceptible de faire changer les choses se situerait-il encore dans les franges gauchistes que représentent certains individus engagés politiquement ? Nenni ! Il appartient à cette nouvelle classe de gens qui accaparés par le système, se sont complètement laissés prendre au piège de la consommation grand public, tellement est alléchant le produit en lui-même, lorsqu'il permet d'accéder à l'émancipation dudit, dans les formes conceptuelles que le paraître affiche ! L'avantage avec ce groupe d'individus très disparates en apparence, est qu'ils se ressemblent tous, à ceci près qu'ils pensent pareils à leurs géniteurs qui ont échoué là où tout était encore possible ! Néanmoins, ne soyons pas très sévères à l'encontre de cette généralité ; il y a quelques rares exceptions qui ne se situent pas là où on croirait les attendre : l'habit ne faisant toujours pas le moine, il faut rester prudent vis-à-vis de ceux et de celles qui placardent des allures trompeuses de révolutionnaires empruntés d'actions directes rêvassées... Dans une extrême rigueur, il est préférable d'être confronté à un lepéniste convaincu qui au moins à le courage de ses opinions qu'à un militant de gauche septique qui vote UMP, dans l'intimité de l'urne... Au moins, avec le premier on sait à quoi s'en tenir (seules les armes en viendront à bout) ; quant au second (seul la connerie le tuera dans l'œuf), il faut s'attendre à un revers de comportement systématique... Les pires, sont ceux qui ayant eu l'âge de la révolution en soixante-huit, ne l'ont pas faite, par crainte de représailles ou tout simplement par manque de courage et qui, au final, récupèrent le contexte pour se glorifier d'y avoir été... Généralement, leur journal de prédilection reste Libération..., (c'est l'emblème d'un idéal inassouvi) comme pour continuer dans le mouvement inactif de ces révolutions ratées qui, comme en soixante-huit, reconduisirent une droite au pouvoir ! On en arriverait presque à regretter l'excentrique Robespierre, mégalomane à souhait et quelque peu psychopathe (profitons-en, il est mort !) en se disant que les classes d'arrivistes qui se bousculent pour le partage du gâteau devraient être passées par l'échafaud érigé, à nouveau, pour le bien de la société ! N'oublions-pas que le terme "révolution" signifie : faire un tour... Il faut craindre, hélas ! d'être à son tour exécuté par ceux-là-mêmes qui revendiquent le droit à la différence dans la liberté ! Le mieux serait de se tenir à l'écart de tout compromis et d'être prompts à découvrir d'autres civilisations plus enclines à la paix ; au fait, en existe-t-il encore?

    L'abus de pouvoir : un exercice de style inscrit dans les méthodes gouvernementales françaises, particulièrement. Notamment lorsque l'on veut absolument maintenir en place une politique rigoureusement hostile à une société obsolète qui s'exprime de façon indécise devant l'intérêt commun.

Donc, nous sommes en présence de cas uniques dans l'histoire de la V° République ; même De Gaulle n'aurait pas osé -et pourtant ! On se demande d'ailleurs, du moins nous, comment ils ont pu insuffler de telles pensées au "reste" de la population, silencieuse et compatissante sur certains points. De soi-disant réformes nécessaires inspirées par des conjonctures nationales, influencées elles-mêmes, par une politique internationale très orientée vers un libéralisme adulé de tous ! Engluée dans un conglomérat d'états européens en faillite, cette politique d'arrivistes cultive un nombrilisme national qui dépersonnalise tout un peuple, devenu insignifiant !

Le pouvoir du Pouvoir. Il est le garant de la stabilité de tout un pays maintenu dans un  état de léthargie générale qui permet d'appliquer un processus de contrôle des activités humaines, intellectuelles, artistiques, religieuses et politiques ! Il se targue, aussi, d'être le protecteur de l'unité nationale, de garantir aux citoyens leur sécurité et d'assurer le fonctionnement des institutions en veillant au respect des lois en vigueur et à l'équilibre des rapports sociaux entre citoyens. Il est, également, représentant des valeurs internationales au sein des nations qui lui confèrent la confiance des relations entre les pays ! Le Pouvoir a donc le pouvoir de statuer selon ses intérêts à partir de prérogatives qui lui semblent impropres au fonctionnement de son système ! Il peut légiférer en toute liberté, sans en référer à quelques  partis politiques subordonnés aux décisions institutionnelles. Il fait et défait l'actualité officielle des médias reconnus d'utilité publique dans la sphère étatique ; met en place ses agents dans les lieux à risque et instaure un climat de peur pour justifier la répression ! Le Pouvoir a le pouvoir de décision ultime en cas d'atteinte portée à son pouvoir ! Il réforme, si nécessaire, pour le bienfait de la population et la pérennité des institutions, en n'hésitant point à sacrifier, sur l'autel de l'économie, des valeurs humaines considérées comme obsolètes. Il règne en maître absolu sur des sujets qui lui vouent une fidélité, jusqu'à en perdre le sens de la raison... d'état ! Le Pouvoir c'est le Pouvoir !                       Jean Canal, réflexion sur le Pouvoir

 

 

 

 

Le nouveau visage de la France.

Plaudite Cives. Usurpée par les successifs régimes souverains de politiques en constante opposition, lesquelles n'eurent cesse d'exploiter sa débonnaireté, la France ne se reconnaît plus dans ses propres valeurs. La République lui apparaît comme obsolète dans ses Institutions grabataires qui semblent inadaptées aux conjonctures nouvelles. Les exigences âpres de l'Europe à laquelle paradoxalement la France doit faire allégeance, conformément aux instituions de Bruxelles, détériorent d'une part le tissu social français qui eût pu, en une politique plus favorable à la paix sociale, rétablir la concorde entre citoyens du même état et, d'autre part, altère les relations entre européens ! Force est de constater, en effet, que cette façon de gouverner n'a jamais été la volonté politique des dirigeants qui préfèrent sournoisement cultiver un individualisme incarné par un ultra libéralisme totalitaire ! Bilan désespérant pour une population divisée dans un dualisme dont elle ne maîtrise pas les paramètres sociologiques et dont  l'économie dévastatrice creuse plus de différences au sein même des communautés. Il appert une réalité peu conforme à celle encensée par le politique incapable de résorber une crise qui orchestre les disparités au cœur de la société. Le citoyen spolié par un système de consommation outrancière ne se retrouve plus dans cet espace abandonné à une démocratie de classe ! Il finit par abdiquer devant la force du pouvoir qui l'aliène à sa propre condition !  La Rédaction. Année 2015.

 

La Tribune. 

"La guerre est un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas." Paul Valéry

La propreté morale et la probité de la presse : informer ! Soit un sacerdoce détourné de sa propension par des journalistes peu scrupuleux de tenir régulièrement justement informé le peuple. Jean Canal.

Extrême Droite au pouvoir

Le journalisme est-il en danger comme le laisse présumer les remaniements de statuts de certains acteurs de l'actualité audiovisuelle ? Certains sur les chaînes du net ont effectivement disparu, sans aucune explication de la direction (Itele). D'ailleurs, se justifierait-elle que les décisions n'eussent changé pour autant ! Canal+ n'est pas épargné, bien sûr. l'impeccable LCI rejoint son confrère intime BFTV et les radios semblent se conformer aux exigences requises. Quant à TF1 ? La production d'informations conjuguées à la publicité maintient l'audimat en bonne santé... En bref, subsistent encore les indépendants : Médiapart et Nous ! Mais pour combien de temps encore... Jean Canal ; bien sûr. 10/06/2016.

L'Idéal révolutionnaire. On aurait volontiers imaginé, un peuple uni jusque dans la hiérarchie sociale, sans citation aucune de tous ces héros modernes qui ont insufflé le vent de la révolte. Il aurait fallu, en effet, que cette fois-ci, en espérant que ce soit la dernière, le peuple soit enfin d'accord sur son destin commun. Qu'il eût le jugement bien fait sur ce à quoi il aspire réellement pour l'avenir de ses enfants ! Laissant de côté ses fausses valeurs qu'il cultive à outrance (tellement que la planète en est détruite), et cultivant une vie épurée de tout ce qui a désagrégé le tissus social ! Cet idéal, car c'en est un, aurait réconcilié le monde, les cons y compris, avec les autres et avant tout avec eux-mêmes... Jean Canal ; bien sûr. 26 mai 2016.

 

 L'abolition des privilèges.

Les élus de la République,  drapés des couleurs tricolores sous le rythme de l'hymne patriotique jouissent de traitements particuliers, dus à leur statut. Nul n'en peut mais ! Cette faveur  est jalousement préservée des réformes qui diminuent le budget des classes exclues d'octrois ! L'effort de privation doit venir du peuple et ne doit pas être imputé à la vie consacrée à ceux qui dirigent le pays, le réforment et l'adaptent aux normes en vigueur au sein de l'institution européennes, selon des principes répondant aux directives économiques ! Tous les états ne connaissent pas un train de vie analogue au faste français hérité de la Révolution...impérialiste ! On peut se demander comment ce système perdure encore en pleine période de crise, au regard de la société divisée sur le fond des problèmes sociaux ! Le pire est de constater que ce processus s'est transmis de gouvernement en gouvernement !  Comment peut-on exiger pour autrui ce que l'on applique point sur soi-même ?! C'est tout l'appareil étatique qui devrait être assainie ! La fonction publique tamisée doit restituée le meilleur de son utilité. On comprendra que les réformes étant faites par ceux qui en bénéficient, leur orientation va vers ceux qui les subissent ! La politique est là pour justifier des actes reconnus puis adoptés en haute instance dont la valeur reste, a priori, indiscutables dans la souveraineté nationale. La Révolution n'étant pas achevée, puisque elle relève d'une continuité, il faudrait repenser la démocratie ! Jean Canal. 10 juin 2016.

 

Emmanuel Macron, l'espoir des riches.

Représentant en politique la haute entité de l'argent, après l'avènement de Nicolas Sarkozy, le Ministre du Budget se lance dans une campagne effrontée au cœur des classes populaires laborieuses, espérant améliorer leur triste sort ! De modération, encore une fois, il n'y a pas. Répondant à une envie de se sortir de la situation contextuelle exsangue de son économie, la population proche de ces idées semble tester ce benjamin du système capitaliste !

Comment réagiraient les opposants et contestataires si des gens comme Marine le Pen, Macron et Cie revenaient au pouvoir avec l'assentiment de la démocratie..? Allez salut ! Jean Canal ; bien sûr. 11 juin 2016.

 

Discorde idéologique,

dans les rangs du peuple. Hormis des thèmes sur lesquels une population majoritaire est entièrement d'accord, notamment lorsqu'il s'agit de se mettre à l'abri des conséquences désastreuses d'un "climat" attentatoire à l'équilibre d'une paix sociale utopique. D'aucuns, instruits en la matière, rappelleront que l'on ne doit rien attendre de positif de la part du peuple, si ce n'est un intérêt individuel formulé au nom de la collectivité (1789 et les années qui suivirent laissent une expérience désastreuse, en effet, de l'histoire de la Révolution). La modernité, érigée sur l'autel du progrès, n'a fait que produire ce modèle-ci, à savoir un individualisme négatif, développé en connaissance de cause au profit strictement personnel de chacun ! Le peuple est pourri depuis qu'il a convoité les richesses du voisin ! Si vous ne parvenez toujours pas à comprendre ce qui vous arrive en ces conjonctures sociales hagardes, semblant rechercher une solution aux problèmes insolubles provoqués depuis une quarantaine d'années par cette même société, ne vous étonnez pas que le pouvoir légitimé par vos soins, en viennent à vous imposer des réformes européennes ! Evidemment, les plus enclins à comprendre que la manipulation des idées s'est faite avec des méthodes consuméristes que vous pratiquez encore, en état de conscience, traduiront cette attitude de manque de lucidité face à l'inoculation des idées par le système politiques des uns et des autres ! C'est bien connu : le peuple est bête (pour rester poli...). Vous admettrez et tant pis si vous vous disculpez (on s'y attendez, donc), que vous n'êtes qu'à demi responsables, étant donné que vous avez suivi ce long troupeau qui marche du même pas très cadencé au rythme de la baguette étatique ! Rassurez-vous, étant majoritaires, vous ne subirez aucune sanction institutionnelle, si ce n'est celle de fermer vos gueules ! C'est ce que le politique vous démontre par la force des institutions. De Révolution, il n'y aura pas ; bien sûr ; vous ne possédez pas suffisamment de courage pour prendre des risques aux conséquences irréversibles sur votre statut social pour tenter un coup d'état, légitime soit-il ! LA RAF, AD et le temps des Brigades Rouges est définitivement enterré avec ses acteurs, morts pour une espèce d'idéaux que vous avez trahis ! Alors, encartés par une numéro de sécurité sociale qui vous fiche et vous classe dans les rubriques de l'intelligentzia policière, dénoncés par vos voisins qui sont persuadés de jouer un rôle démocratique au sein de la commune, vous pouvez vous affubler d'étiquettes d'anarchistes d'extrême gauche ou/et de gauchiste en tout genre, à la mode Mélanchon ; le Pouvoir est devenu une arme de combat qui se retourne contre vous ! Vous qui l'avez laissé s'immiscer dans notre vie privée, depuis l'instant où l'on vous fit croire que vous êtes Libre... Vous avez tellement échoué sur tous les tableaux que même le printemps n'ose plus se manifester...Vous êtes parvenus à le chasser des jolies saisons qui inspiraient les poètes !

Jean Canal ; bien sûr. 1er juin 2016.

 

-Et Vous, Jean Canal, comment voyez-vous la laïcité ?

-En appliquant les principes de respectabilité d'autrui, en ce sens que c'est la personne qui est la première concernée dans le choix pour lequel elle opte, que ce soit dans sa tenue vestimentaire autant que les signes ostentatoires qu'elle souhaite afficher selon des convictions.

-Quelles sortes de convictions ?

-Religieuse, politiques, artistiques et même idéalistes !

-Quel rôle doit assumer l'état dans tel cas de figure ?

-Assurer que chacun puisse s'exprimer selon des critères qui ne portent pas atteinte à cette laïcité...

-Subtile comme réponse ! Pour aborder un thème d'actualité qui fait encore polémique au sujet du voile. Pour ou contre ?

-La question est maladroitement posée ou alors intentionnellement voulue ainsi. Il y a une religion musulmane qui se doit d'appliquer ses principes à travers des convictions religieuses respectueuses des autres obédiences. En partant de cette réalité, la pratique religieuse implique une attitude comportementaliste envers les signifiants de la société ; chacun doit se référer à un mutuel consensus pour un vivre ensemble fondé sur la laïcité.

-Et vous, Jean Canal, le foulard enveloppant la chevelure des femmes musulmanes vous paraît-il une censure à la féminité ?

-Non, s'il s'inscrit dans la tradition musulmane et entièrement voulu par les femmes concernées ! C'est dans le sens de consentement que la laïcité doit s'exécuter !

-Merci, Jean Canal. La Rédaction de presselibre.fr en direct de Toulouse. Anne B***. 14/02/16.

 

Les mots de Michel Onfray :

"Où est l'intelligence politique ?"

        En considérant l'ampleur des confrontations sociales actuelles et prenant en compte des conjonctures économiques en déclin, la société apparaît clairement instable, jusque dans les trames de son tissu ! Une guerre civile, en effet ne pourrait aboutir étant donné que la Sécurité du territoire maitrise la situation. Un sursaut gouvernemental, cependant, pourrait apaiser les heurs urbains qui semblent entretenus. La suite nous le démontrera et l'observation quotidienne de la place publique annonce d'ores et déjà que les mouvements contestataires s'essoufflent à quelques jours de l'été... Stratagème de circonstance, les vacances sont synonyme d'apaisement général ; le foyer de la révolution sera rallumé en septembre... si la manifestation générale attendue en juin ne dénoue pas la problématique. Lundi 6 juin. Jean Canal.

 

10 000 insoumis pour la Gauche de la Gauche ! Une victoire pour 2017..?

 

           On avait pu observer une certaine tendance pour le cumul des erreurs politiques. Le présent gouvernement éprouve des difficultés à réformer le pays ; il découvre que la population existe, qu'elle s'exprime et qu'elle n'est pas d'accord avec le programme de réformes. Les moyens pour contrecarrer la politique en vigueur se concrétisent avec l'utilisation de la violence à l'encontre de tout ce qui, matériellement, représente le pouvoir sous toutes ses formes. Et il y a de la casse ! Onfray explique dans son interview qu'une certaine population veut en éliminer une autre. La haine justifierait cet appel au meurtre collectif ! Nous sommes en pleine "tragédie humaine" pour reprendre la phrase du philosophe. Autrefois, les rois, les Princes s'entouraient d'intellectuels qui les conseillaient sur la manière de gouverner. Denys l'Ancien, alors vivant sur l'île de Sicile, fit venir Platon en ses murs pour soutirer de sa penser toute la quintessence du pouvoir. L'auteur du Banquet subodora le subterfuge du tyran et put s'enfuir. Si aujourd'hui, les élus en général ne recourent plus aux avis des intellectuels, c'est parce qu'ils redoutent leur analyse... C'est donc à nous d'en tirer une leçon ! Jean Canal ; bien sûr. 5 juin 2016.

 

 

L'inconditionnel argent

  Il se serait agi d'un revenu alloué aux personnes privées d'emploi, faute de répondre positivement à une excroissance de demande de travail ! Pénurie économique oblige, il faut, en urgence, trouver une alternative à ce marasme dans lequel sont plongés les états européens ; sinon la casse du social risque de coûter très chère au contribuable -puisque, jusqu'à preuve du contraire, c'est lui le débiteur. En son temps ATTAC avait soumis l'idée de taxer les multinationales et consorts au niveau de leurs transactions boursières, en un pourcentage proportionné aux bénéfices réalisés afin de régler la note ! Tous les états n'étaient pas favorables à ce principe ; notamment la France ! Des solutions sous forme de palliatif existent donc. Elles ne sont pas appliquées sous prétexte de protéger les lois du libre échange libéral du commerce international développé dans la sphère privilégiée de la mondialisation qui précarise les pays pauvres et, qui pis est, leurs habitants ! La crise actuelle est sanctionnée par des coûts de gestion étatique dépassant les budgets prévus aux dépenses intérieures : la justice autant que la sécurité sociale ont de gros appétits financiers ! L'alternative pour enfin répondre à cette crise pérenne serait effectivement de subvenir aux plus démunis en relançant la consommation raisonnée. Est-ce-que le travailleur syndiqué verra cela d'un bon œil ? Le scepticisme général risque de s'insinuer dans les esprits les plus réfractaires... Jean Canal. 23 mai 2016.   Lien utile

 

L'Autriche, patrie de Hitler.

Avec Mein Kampf dont la parution fait polémique, alors que l'ouvrage se trouve gratuitement sur la toile, la société populiste culmine à son apogée. Il s'en fallut de peu qu'il revînt au pouvoir ! Et l'on ne pourra pas dire que le pire fut évité ; du moins l'écrire ! Non ! Certains en rêvent ! En période sociale où les portes de sortie de crises donnent sur une impasse allégorisée par un mur, les plus pauvres d'esprit recherchent désespérément un chef ! L'exploitation politique du score de l'extrême droite autrichienne qui a frôlé l'avènement du IV°Reich, va servir et sert déjà la politique anti-tout des partis de la haine généralisée de l'Europe. Les vieux démons ne semblent pas oublier qu'ils peuvent se manifester à nouveau. Jean Canal ; pour en rédiger quelques brèves lignes... 25 mai 2016.

La CGT (Confédération Générale des Travailleurs) est la référence syndicaliste des mouvements  de Gauche contestataires en France. Ce syndicat ne manque jamais une occasion de manifester son hostilité à l'encontre de tout ce qui ne correspond pas à son entité, en politique. Faisant d'une pierre deux coups, il récupère tout mouvement susceptible de se rapprocher de sa cause. A l'heure actuelle, la CGT précipite la fin du Gouvernement et du quinquennat Hollande en favorisant l'avènement de la Droite dure aux prochaines élections. Populiste par l'histoire, le cégétiste a d'ailleurs souvent nourri les rangs du FN... La Rédaction. 26/05/2016.

49/3 comme réplique à la liberté ! La dictature en filigrane de la démocratie s'insinue effectivement dans la société au moyen des légalités civiques ! Comment "imposer" sa façon de voir la société et de la transformer au gré des directives européennes qui tendent vers le changement et exigent des réformes ! Pensez-vous un seul instant que l'on pût changer les mentalités ? Si vous le pensez, alors vous n'êtes pas français ! Rendez-vous dans les villages et bourgs de cette France profonde, et vous constaterez combien ces peuples-ci sont encore arriérés...

L'espoir comme utopie contemporaine. Vous avez, effectivement, fait montre de bravoure en manifestant votre désaccord avec un système honni par la majorité populaire ; espérant que les choses changeraient en perspective ! Le pouvoir politique que vous aviez mis en place par le truchement de l'urne, vous a démontré qu'il lui appartient de décider pour vous ; quand bien même la société présente ne vous conviendrait-elle pas ! Conclusion, prendre des coups de matraque et respirer du gaz lacrymogène pour dire que vous n'êtes pas d'accord s'est avéré, derechef, vain ! Et si vous espériez encore retirer un héroïsme de votre attitude, cependant louable à titre de droit à la parole, vous attestez de votre ignorance sur ce que le Pouvoir représente. Le combat, lui, réside encore et toujours dans un acte individuel ; à lui seul il peut déstabiliser tout un système social soit-il ! économiquement fragile ! Mais peut-on vous faire confiance ? Non ! Jean Canal ; bien sûr. 14 mai 2016.

 

Le bien commun est-il une propriété

privée des collectivités ?

C'est en fait un autre point fort des outils de la démocratie qui touche la plupart des communes françaises et pourquoi pas européennes, puisque désormais, lorsque l'on traite d'un sujet national, il faut, obligatoirement, penser aux pluriels...car nous somme en Europe ! Les directives ne manquent pas d'ailleurs de  nous le rappeler quand elles bousculent les us et coutumes d'un état, exigeant de son peuple de condamner à vie ses traditions ! De surcroît, les réformes s'appliquent à tous ! Et c'est là que le sujet de notre article se révèle : l'Autriche dit non aux étrangers, étrangers à l'Europe et surtout étrangers à l'esprit national de cet état ! En effet, le peuple s'exprime en faveur de son peuple. Il veut préserver son identité au grand dam des critiques politiques extérieures et ramassis d'articles de presse exploitant allègrement un contexte insoluble pour tout le monde ! Doit-on donc condamner un peuple qui choisit, comme la Suisse, de vivre pour son peuple ? Peut-on, au nom des lois démocratiques, dénoncer une population pour un choix en faveur de ses habitants ? Pensez-vous que la crise économique touche ceux qui l'ont provoquée ? Réfléchissez avec une analyse plus aiguë, please, à l'encontre des pays qui ne lèvent pas le petit doigt pour accueillir des gens de même obédience religieuse ! Allez salut et à bientôt sur nos réseaux sociaux... Jean Canal ; bien sûr. 21 mai 2016.

 

La nouvelle Gauche. Emmanuel Macron et Arnaud Montebourg incarnent paradoxalement les deux entités antinomiques du socialisme de demain : celui exigé par l'Europe germanique... Deux tendances opposées pour une création sociale à la mesure de l'avenir du libéralisme économique. Fini le syndicalisme de papa ! Mort l'esprit revêche de grand-père pour défendre des idées en constante gestation ! La Gauche doit  répondre aux réformes institutionnelles pour survivre. Sinon, la Droite se chargera d'appliquer des méthodes sociales privatisant les libertés individuelles ! Le droit d'expression deviendra alors un privilège qui s'obtiendra sous certaines conditions. L'enjeu est important pour les présidentielles de 2017. Les représentants emblématiques de ce parti sont de moins en moins capables de relever le défit politique du XXI° siècle, en gommant de leur programme les thèses socialiste du XX° siècle qui le vit naître ! Du Front populaire à Mendès France, le partit socialiste ne fit qu'entretenir une idéologie désormais surannée !  Jean Canal. 18 mai 2016.

Justice et Société. N'hésitez-pas à saisir les outils qui vous garantissent vos droits à la Liberté individuelle ! Il existe suffisamment de procédures légales et a fortiori légitimes pour porter atteinte juridiquement à des Agents de la Sécurité du territoire qui œuvreraient en faveur de la malhonnêteté citoyenne au service de règlements de comptes personnels fabriqués à partir d'arguments fallacieux ; comme c'est le cas à l'encontre de Jean Canal. Vous pouvez saisir la Communauté européenne pour faire relever les atteintes portées à votre Liberté individuelle, conformément à l'article constitutionnel ; écrire au Procureur de la République en fournissant des preuves accablantes sur la manière de procéder des concernés et cela en complément des démarches épistolaires à la Chancellerie, au Gouvernement et au Ministère de l'Intérieur qui connaissent leurs ouailles... Il faut être tenace et sans pitié !!! L'exemple du Flic Neyret fait légion... Il n'y a jamais eu de Police propre ! L'actualité nous le démontre régulièrement ! C'est un fait de société. Les exactions issues des bavures ponctuent l'histoire de la police depuis Vidoc... Et les excès de criminalité du pays ne justifient aucunement des écarts déontologiques condamnables par l'Europe.

AUJOURD'HUI. Frapper la France ! Il est délicat de traiter un tel sujet d'actualité, sans encourir une diffamation, voire un détournement de la réalité politique. Soit vous soulignez qu'il existe un danger réel au cœur des sociétés ; soit vous relevez simplement un phénomène factuel qui s'inscrit dans les faits divers, au même titre que les actes dépendant d'un Tribunal correctionnel, au pire de Cour d'Assise. Evidemment, le terrorisme officiel qui se pratique en Afrique et au Moyen-Orient, ne rentre pas en ligne de compte ; quand bien même des adolescents endoctrinés peuvent-ils devenir dangereux. Très structuré, le terrorisme officiel, lui, admet un certain professionnalisme. La nouvelle délinquance qui correspond à ces opérations sporadiques se développe, paradoxalement à l'encontre d'un Occident honni pour sa décadence et son abandon des problèmes sociaux contractés par un déclin économique, selon les arguments invoqués par ses détracteurs ; c'est-à-dire les chefs orientaux de cette récente formation milicienne. Le problème reste cependant entier. Comment dissocier de cet amalgame la réalité, sans condamner tout ce qui ressemble à de la haine ? Les partis extrémistes de la politique conservatrice nationale exploitent ce genre de phénomène, en reprochant au Pouvoir une certaine inanité dans les mesures à adopter pour éradiquer un mal qui croît avec un fondamentalisme religieux voilé par ses apparences. Le citoyen doit donc redoubler de vigilance, en veillant à ne pas confondre les acteurs de ce désordre social... Jean Canal. 18/07/2015.

Il y a longtemps que je voulais émettre un avis concernant les dégradations du climat dont j'attribue les responsabilités aux hommes. l'actualité nous démontre que rien, je dis bien rien de salutaire en matière de salubrité publique pour endiguer le chamboulement climatique n'est fait ; quand bien même les politiques parviendraient-ils à nous convaincre du contraire avec des preuves irréfutables sur des éventuelles intentions pour réduire ce phénomène ! Tout simplement parce que c'est impossible. La démarche individuelle n'a guère d'impact sur le climat, pour ne pas dire aucun ; si ce n'est sur celui qui pratique une espèce d'ascèse sur sa propre personne en espérant rendre un service immense à l'humanité ! Nous allons droit dans le mur, pour reprendre l'expression commune de certains qui ont, eux aussi, compris que faire preuve d'humilité envers notre destin est sans doute la meilleure solution au problème. Jean Canal.

Le combat des idées. "Le vieux monde tarde à mourir emportant avec lui, dans la sépulture de la postérité, des années de gloires, de conquêtes intellectuelles et de reconnaissance spirituelle. Les entités qui l'ont érigé aspirant à se rapprocher le plus possible de la vérité universelle, apparaissent désormais sous les traits de fantômes qui hantent le présent, jusqu'à en effrayer l'idéalisme qui s'est retiré de la contemporanéité -refusant de participer à sa destruction. lire la suite.  Jean Canal. Ebauche pour un billet d'Humeur. 11 octobre 2015. 

La leçon a retirer de cette expérience exceptionnelle dans le cadre des régionales, résiderait dans le signe d'alerte que les français toute obédience politique confondue ont voulu intentionnellement lancer aux partis officiels afin que la politique intérieure de la France prenne d'autres initiatives en faveur de sa population idoine, avant d'autres sujets mineurs relatifs à une compétitivité économique inscrite sur le calendrier de la mondialisation. Jean Canal. 19/12/15.

La culture et les mécènes. Le coût de revient de la culture est trop lourd pour l'état qui déroge aux mécènes la gestion de l'art ! Bradée sur le marché de l'économie des biens privés, la culture a donc un prix selon sa valeur artistique ; il y a longtemps qu'elle procède de ce principe. Néanmoins, avec l'accentuation de la crise, les états éprouvent des difficultés d'ordre financier à gérer le patrimoine culturel ; les œuvres, leurs achats et leur entretien ainsi que la gestion des musées ont un coût onéreux pour un budget de plus en plus restreint ! Faudra-t-il un jour, au même titre que les reconstitutions historiques, se contenter de visiter les galeries en trois dimensions sur la toile ? ! Marseille, capitale de la culture pour 2013, éclairera-t-elle de son phare le pourtour de la Méditerranée afin d'illuminer les côtes orientales de sa culture millénaire?

La glose reposerait sur une réflexion ad hoc au contexte actuel plus particulièrement défini comme la conjoncture de circonstance. Acculée à des remises en question d'un système éculé, la société (encore elle, dirons les mauvais penseurs) constate son incapacité à modifier ses fondements de crainte d'en perdre l'assise. Alignées les unes sur les autres, rarement elles tiennent compte des comportements marginaux de quelques originaux qui, au cours de l'histoire intellectuelle notamment, se sont évertués d'instiller un savoir à une majorité populiste encline à l'obscurantisme social ! Pour ne pas les citer, afin de ne pas vous fournir les sources indispensables à la connaissance et surtout pour vous maintenir dans l'ignorance, la réflexion vous laisse dans une position de pensée dubitative pour que vous réfléchissiez sur la situation présente. Sortir de l'Europe est non seulement impossible, mais précipiterait le pays dans un chaos total ! Prisonnier du système européen, les états touchés par ce repli idéologique cherchent désespérément une porte de sortie dont il ont perdu la clef ! 16 octobre 2013.  Jean Canal.

Voilà ce qui s'appelle de la transparence : Le patron de Mediapart a dévoilé le montant de son salaire sur LCI. Il "gagne bien sa vie" avec 7400 euros brut, soit 5700 euros net. Edwy Plenel "gagne bien sa vie". Le président et co-fondateur de Mediapart a révélé le montant de son salaire, ce vendredi dans La Médiasphère sur LCI. Il a déclaré percevoir un "salaire brut de 7400 euros", soient "5700 euros net". Il "paie par ailleurs 3900 euros d'emprunt jusqu'en 2017", a-t-il précisé.  Son salaire se situe "à peu près" au maximum de l'échelle des rémunérations dans l'équipe du site d'informations. "La hiérarchie des salaires va de 1 à 4", a-t-il ajouté, ce qui situe le plus bas salaire à environ 1850 euros brut.

La politique réinventée. C'est une manière très légitime de proposer une idée nouvelle, des idées nouvelles, à une année des élections présidentielles, d'autant plus quand "on" occupe un poste important au gouvernement. Macron, pour ne pas le citer, Ministre d'une économie dégradée de la France, tente une ultime démarche pour appliquer des réformes que la majorité des français ne veut pas ! Rappelons que la démocratie est un système fondée sur la souveraineté du peuple ; lequel, pour le rappeler à ses dirigeants, occupe les places publiques"debout toute la nuit" afin d'interpeller le pouvoir sur son insatisfaction générale ! En bref ! Tout va mal ! Tout le monde descend dans la rue. Tout le monde ? Non bien sûr ! Les Indignés ne sont pas tous représentés sur ces places devenues des agoras grecques ou forum romain. La parole recouvre tout son sens, le temps d'évoquer les malheurs des uns et désespoirs des autres. C'est vrai que ça va mal ! La crise a fini insidieusement par se glisser dans les conjonctures, sanctionnant les plus désavantagés et bénéficiant au système spéculatif dont la richesse fait fructifier les dividendes ! Bref ! Tout va mal en effet, pour les précarisés par les actionnaires qui, désinvoltes sur un tel contexte, ne réalisent toujours pas que les conséquences de cette société sont en train de modifier profondément les structures en portant atteinte, paradoxalement, à toute forme de paix sociale espérée. Un déséquilibre s'annonce par une volonté récurrente de manifester ostensiblement son désaccord avec un système politique remis en cause par une minorité qui refuse d'être sacrifiée au profit de l'économie !  11 avril 2016. En direct des rives de la méditerranée.

 

 



Tweets de presselibre.fr @presselibrefr
Témoignage de prison : France et Turquie. Jean Canal raconte...La Prison Sainte-Anne, rue Banasterie, à Avignon. Vaucluse.
Un reportage de Antoine Bougeard. https://www.facebook.com/sereftalaydu35?pnref=story Voix de Jean Canal sur les passages : 7/8/13.
08 Etre seul.wav
Fichier audio Wave [89.5 MB]

Etre réactif !                 Le point fort de la Rédaction ! presselibre.fr                                Presselibre.fr International Federation  of New Media  llc 12 Timber Creek Lane Newark, DE 19711 USA phone:(+1) 302 476 2642 fax: (+1) 302 450 4423  www.ifnm.org e mail: info@ifnm.org Rédacteur, Jean Canal : 0628332555 Contactez le Siège de la Rédaction Rue des Fontaines, 31300 Toulouse. France  (33)0628332555  Follow@presselibre.fr presselibre.fr@gmail.com https://www.facebook.com/jcpres twitter.com/jean canal    -Presselibre.fr Le site officiel de la Rédaction, créé en 2006, sera, incessamment sous peu, disponible, après restructuration de sa maquette. Il est indispensable de passer au mode PHP afin d'être visible des tablette et Smartphones Le choix de la Rédaction est clair : la pertinence de l'info considérée comme fondamentale dans l'actualité. Nous étendons nos liens avec les référents incontournables de l'Information. Le site s'oriente essentiellement vers le politique et précisément l'exploitation médiatique de l'actualité, moyennant les réseaux sociaux relatifs à l'information du net. Cependant, NOUS tenons à préserver notre ligne éditoriale dans son intégrité. L'esprit de la rédaction demeure intact et s'inscrit dans une pertinence soutenue par la critique qui argumente nos réflexions journalistiques, sans organigramme que les médias de masse s'imposent pour des raisons économiques aliénées à leurs sponsors et abonnés ! C'est ce qui fait toute la différence avec notre rédaction qui reste libre, sans financement externe, et n'ayant de compte à rendre à personne -si ce n'est au Législateur. La Rédaction.  

 

A comme ARIEGE

Tout ce que la presse régionale passe sous silence, presselibre.fr et presselibre.info le révèle au grand public, contre toutes les critiques diffamatoires à notre encontre !

Jean Canal.

 

LE COURRIER DE NOS LECTEURS.........................

Nous avons reçu ce mail sur nos boîtes. 

Avec lucidité, et courage, le premier ministre Manuel Valls a eu des paroles fortes :

 «Cette décision est sans doute, aussi, le révélateur d’un malaise trop longtemps ignoré, trop longtemps on a fermé les yeux sur les avertissements et les doutes exprimés par les citoyens européens».

 En fait il s’agissait de la déclaration concoctée, en collaboration avec tous les futurs  candidats de tous les partis, pour commenter les résultats catastrophiques pour le Pays, de la prochaine  présidentielle en France.

 «Cette décision est sans doute, aussi, le révélateur d’un malaise trop longtemps ignoré, trop longtemps on a fermé les yeux sur les avertissements et les doutes exprimés par les citoyens français».

 Dont acte.

Gérard GAUTIER

Ancien Conseiller Régional de Bretagne Président Mouvement « BLANC C’EST EXPRIME »

18 rue de Penthièvre 22000 Saint-Brieuc   Téléphone : 02.96.33.50.34

         SITE : www.blanccestexprime.fr   COURRIEL : blanccestexprime@wanadoo.fr

Régulièrement, lorsque la teneur de nos textes dépasse l'entendement des bons usages de la pensée collective, nous sommes la proie de piratage informatique via la disparition du site officiel et qui apparaîtra à nouveau. C'est l'occasion de rappeler à certains lecteurs qui sont directement con-cernés par nos écrits que Rien ni Personne ne pourra nous arrêter et nous obliger à ne plus écrire !!!

Décrire, écrire et proscrire. Diderot fut emprisonné pour ses écrits. Louis Courier le fut également sous Louis Philippe. Encore aujourd'hui, dans les pays privés de démocratie, redoutant la parole des peuples, l'emprisonnement pour des idées et la liberté d'expression se pratiquent en toute impunité sous le regard torve des Droits de l'Homme ! Ici, en France, même si elle déplaît aux élus d'obédiences diverses et variées, la polémique est une partie intrinsèque du comportementalisme social. Ici, on ouvre sa gueule ! Les manifs et la casse en sont une expression directe qui quelque part justifie un ras-le-bol général que d'autres n'osent pas exprimer par crainte de représailles ou de réputation ! Les CRS, la gendarmerie et les services de sécurité en ont pris plein la gueule ; pire qu'en 68 ! Le malaise est général ! Il faut assainir la société de tout ce qui tente de porter atteinte à la Liberté, quand bien même les arguments européens, dictés par Bruxelles, finiront-ils par convaincre la majorité ! Jamais la majorité eut raison en politique...Il nous reste le personnalisme de Mounier, fondateur de la revue Esprit. Une arme redoutable qui peut détruire tout un système, si tous l'utilisent !  Jean Canal. 6 juillet 2016.

Grèves ! En vacances !

 

 C'est l'hallali, au gouvernement. Un policier, certes encarté au Front National, refuse de serrer les mains successivement de François Hollande et Manuel Valls, lors de la cérémonie. Une parodie commémorative pour saluer la bravoure des deux policiers sacrifiés sur l'autel de la démocratie à la française ! En prime une légion d'honneur qui n'a de sens que pour ceux qui la décernent ! Si la Gauche socialiste ne peut maitriser les paramètres de l'état, comment le pays pourra-t-il se sortir de l'imbroglio dans lequel il a été plongé ?! les citoyens seront appelés à se défendre face à une hostilité croissante à leur encontre. Les responsables seront désignés par les soldats de DAECH, selon des critères conjoncturels : hommes politiques, journalistes, intellectuels, policiers, etc. Jusqu'au jour quand le quidam de la rue sera poignardé pour des raisons de circonstances relatives à la situation ! La paix est loin d'être effectivement acquise. Jean Canal. 19 juin 2017.

Quand la Justice s'en mêle....

-Kader Harif : ouverture d'une procédure judiciaire ;

-Nicolas Sarkozy : inculpation Bygmalion puis relaxe...

-Jérôme Cahuzac : ouverture d'un Procès ;

-Jean-François Copé : témoin gênant.

Une liste loin d'être exhaustive...

Un sous-préfet incarcéré pour du vol de mobilier national
27/02/2016. 
Un sous-préfet a été mis en examen et placé en détention provisoire, soupçonné par un juge d'instruction de «détournement» d'objets appartenant au mobilier national, a indiqué le parquet du Puy-en-Velay (Haute-Loire), confirmant une information du quotidien Paris-Normandie. Secrétaire général pour les affaires régionales de la préfecture de Normandie, Hugues Malecki, administrateur civil hors classe, a été interpellé et présenté à un juge d'instruction du Puy-en-Velay il y a une dizaine de jours. Jacques Louvier. Le Parisien.

Cette information est intéressante en ce sens que ce n'est pas le premier cas de délit à imputer à un sous préfet. La Lozère a connu un fait analogue. L'occasion fait donc le larron, la profession aidant... Jean Canal ; bien sûr.

FRANCE : ATTEINTE AUX DROITS DE L'HOMME

La France épinglée par Amnesty International. Le rapport accablant 2016, couvrant l'année 2015 et sans appel pour la Sécurité du territoire. Les méthodes appliquées par les services de sécurité dépassent le cadre légal de la loi. Un recours auprès de la Cour européenne de justice permet de rappeler aux susvisés, par le truchement de l'état concerné, les fondements des droits de la personne, en l'occurrence celle vivant dans l'espace Schengen ! Les moyens administratifs qui existent en France pour signaler un comportement s'écartant de la déontologie de la Sécurité consiste à saisir, en premier lieu, directement la CNDS, par internet (Centre National Déontologique de la Sécurité). Ensuite informer le procureur et le préfet par courriers recommandés, via internet (c'est une manière d'aller intentionnellement à l'encontre de l'usage -on n'envoie jamais de recommandé à ces institutions). Enfin, informer le Garde des Sceaux et le Ministre de l'Intérieur ; au demeurant la Cour européenne de justice (par internet) afin de souligner les faits qui seront circonstanciés de sorte à mentionner les noms et grades des gendarmes, des policiers et tout autre statut en fonction. Les conséquences, quand bien même n'aboutiraient-elles pas devant un tribunal, se font ressentir au sein de l'institution désignée qui consignera le comportement desdits !!! La pugnacité de la démarche et sa raison d'être ajoutent à l'intérêt de rétablir des normes au cœur de la Sécurité. Les acteurs des bévues subissent des annotations administratives préjudiciables pour leur carrière...La justice étant rétroactive, il vous appartient de saisir tous les moyens, sans répit, pour signaler l'injustice dont vous avez été victime!  Salut. Jean Canal. Février 2016.

 

Formulaire de plainte à la Cour européenne de justice.


Politique

Ce qu'une certaine presse affirme sur

Dominique Reynié : Un sort scellé par la justice.

 

Le leader de la CGT dans la Revue des deux Mondes, entre, d'ores et déjà, dans les archives de la politique syndicaliste.

 

Les dossiers en instance de traitement prioritaire au sein de la nation, de l'Europe et des nations unies, reste dans les tiroirs des bureaucrates. En une phrase courte pour ne pas agacer sur un thème d'actualité récurrent, nous pourrions rappeler aux dirigeants des pays concernés : "où en êtes-vous du chamboulement climatique en pleine progression ?"

Le suicide collectif des peuples comme signe de fin programmée des civilisations postmodernes ! La COP21 a réussi à vous rassurer sur l'avenir de la planète ? Votre remarque fut à la hauteur des faux espoirs de Paris ? Merde ! Vous êtes encore plus bêtes que cela ! Nous allons droit dans le mur ! Les plus illuminés de la société de classe bien pensante vous affirmeront du contraire ; et c'est normal ! Quoi ? qu'ils soient bêtes ou bien qu'ils affirment ça ? Les deux mon capitaine ! à suivre Jean Canal. 21 mai 2016.

Le monde arabe et Nous !

D'où vient le mal ou bien trouver les raisons pour lesquelles DAECH voue une haine viscérale aux occidentaux ! L'Occident et le monde arabe : un conflit éternel : deux religions monothéistes dont les origines se retrouvent dans l'héritage d'Abraham, le père des peuples ! Les impérialismes britanniques et français déchus de leur suprématie territoriale !

Petite annonce sur le boncoin.fr : "Le pays France recherche homme politique pour présidentielle 2017. Personne non sérieuse, s'abstenir."

Stop-France-recherche-homme/femme politique-présidentielle 2017-stop-parti politique indifférent-stop-pas sérieux s'abstenir-stop

presselibre.fr
32 bis rue des Fontaines

31300 TOULOUSE

 

Téléphone : +33 628/332555 +33 628/332555 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Tout ou partie d'un copié collé de ces articles sans signature entraîne des poursuites judiciaires du/des contrevenants au Copyright.